Adepte en révélations fracassantes, l’ancien international nigérian Taribo West est revenu sur le parcours des Super Eagles à la Coupe du monde 1998 en France, et plus particulièrement sur l’élimination face au Danemark (1-4) en 8es de finale. Un échec que l’ancien défenseur impute au comportement d’une partie de ses coéquipiers la veille de la rencontre.

«J’ai lu des articles sur les Super Eagles qui seraient allés en boîte de nuit et qui auraient conduit des limousines pendant la Coupe du monde en France. Honnêtement, je n’en sais rien. Mais ce que je sais, c’est que certains joueurs ont fait entrer des femmes en cachette dans le camp, je l’ai vu», a révélé l’ancien Auxerrois au journal The Punch. «Les femmes étaient des Africaines qui sont venues voir le tournoi et sont tombées amoureuses de notre équipe, pour la façon dont nous avons joué en phase de groupes (le Nigeria a terminé 1er du groupe B devant le Paraguay, l’Espagne et la Bulgarie). Il était donc facile pour ces joueurs de les conduire dans leur chambre.»

Une attitude payée au prix fort selon West. «C’est pourquoi, le jour du match, on pouvait voir que beaucoup de joueurs n’avaient pas la force de freiner les Danois. Ils étaient fatigués après s’être surmenés la veille avec les femmes. Je leur criais dessus sur le terrain, j’étais très en colère contre eux. Ils ont fait tout cela parce qu’ils pensaient que nous allions battre le Danemark», a déploré l’homme de 46 ans. Menés 1-0 après 3 minutes puis 2-0 après 12 minutes, les Nigérians n’y étaient définitivement pas ce jour-là…