Très mal embarqué en championnat et une place de 15e de Ligue 1 très peu flatteuse, Marseille a paradoxalement pris l’habitude cette saison de mieux négocier ses matches en coupe d’Europe. André Ayew, l’un des seuls joueurs de l’effectif olympien à tirer son épingle du jeu, presse ses coéquipiers à donner le meilleur d’eux-mêmes. La venue d’Arsenal au Vélodrome ne peut être meilleur test. « Ce match est d’autant plus important qu’en championnat, ça ne va pas. Arsenal n’est pas dans une très bonne spirale non plus mais il fait partie des grands d’Europe. Il y a un coup à jouer mais Arsenal peut nous faire mal. C’est devenu difficile alors qu’avec presque les mêmes joueurs, on a été à deux doigts de gagner le titre en mai. La pression du résultat est devenue très forte. C’est maintenant qu’on va voir ceux qui ont le caractère et le coeur pour ce club. C’est une histoire de mental, rien d’autre. Il faut qu’on se réveille, qu’on se surpasse« , explique le milieu ghanéen dans les colonnes de L’Equipe.