OM : Baup, Labrune et le cas André Ayew

Formé à l'Olympique de Marseille, André Ayew commence à avoir des envies d'ailleurs. Frustré par son positionnement sur le côté gauche, alors qu'il préfère évoluer à la récupération, le milieu de terrain songe de plus en plus à un départ. Idée à laquelle s'oppose catégoriquement son entraîneur, Elie Baup… mais pas son président, Vincent Labrune.


Pour faire un bon film, il faut souvent un bon casting à défaut d'un bon réalisateur. Du côté de l'Olympique de Marseille, les acteurs sont déjà tout trouvés dans l'intrigue qui est en train de se créer autour de la situation d'André Ayew. De retour à l'OM depuis trois saisons, et un prêt plus que judicieux à Arles-Avignon qui lui a permis de laisser éclater son talent, le fils d'Abedi Pelé en a visiblement assez de ronger son frein.

La faute à son positionnement à gauche du dispositif offensif des Olympiens, alors qu'il a toujours clamé vouloir être aligné à son poste de prédilection, au cœur du jeu, à la récupération. Et même s'il s'estime heureux sur les bords de la Canebière, l'international ghanéen en a visiblement assez d'être frustré et d'évoluer à contre-emploi.

A. Ayew : “Si je dis que je pars, il y aura des offres

Je pourrais apporter en récupérant des ballons, en perçant les lignes. Aujourd'hui, on cherche des joueurs de couloir qui vont vite, qui provoquent. Est-ce que vous m'avez vu faire ça pendant 3 ans ? Ce n'est pas mon style“, a ainsi fait savoir le grand frère de Jordan à L'Equipe, avant de laisser planer un éventuel départ si sa situation n'évoluait pas : “ Je ne me suis jamais plaint, mais il faut voir où est le meilleur pour moi et pour le club. Je suis bien ici. Mais, si je dis que je pars, des offres, il y en aura.

De quoi faire réagir son entraîneur, Elie Baup, forcément interrogé au sujet du “mal-être” du Black Star, évoqué dans la presse. Un entraîneur pour le moins agacé lorsque la question lui a été posée. “Chez moi, on dit ‘on est un con'. Je me suis exprimé là-dessus dès le début. Je compte sur tous les joueurs qui sont là. Il n’est pas question de départ“, a rétorqué l'ancien entraîneur de Bordeaux en conférence de presse, avant de glisser à l'encontre de certains journalistes : “C’est un peu calme en ce moment, donc il faut bien trouver un sujet…

Baup opposé au départ, Labrune pas contre

Une réponse qui a le mérite d'être claire et de couper court aux spéculations. Mais visiblement pas pour tout le monde, car dès le lendemain, c'est le président de l'OM, Vincent Labrune en personne, qui a remis le sujet sur la table. Dans un entretien au Parisien, le dirigeant a indiqué être prêt à étudier une offre au sujet de l’international ghanéen, si elle arrivait sur son bureau.

Il (André Ayew, ndlr) m’a fait part de ses intentions. Si l’offre d’un grand club arrive et lui plaît, je l’étudierai… Mais nous n’en sommes pas là“, a fait savoir Labrune, toujours à la recherche de liquidités pour renflouer les caisses du club. Avec les arrivées de Dimitri Payet et de Gianneli Imbula, les Phocéens se sont respectivement renforcés sur les côtés et dans l'entre-jeu.

La venue de l'ancien milieu de terrain de Guingamp ferme quasiment la porte à une titularisation d'Ayew dans l'axe. De quoi pousser l'international ghanéen à rester sur le côté gauche… ou au départ. Ce qui est revanche sûr, c'est que le président Labrune ne serait pas contre un joli chèque en retour. De quoi alimenter ce feuilleton d'ici la fin du mercato.

Avatar photo
Malick Bamba