A l’été 2019, Ben Malango Ngita a posé ses valises au Raja Casablanca en provenance du club congolais du Tout Puissant Mazembe. Ce transfert au Maroc sans aucune indemnité financière a suscité une contestation de la part de son ancien club. Motif : l’avant-centre de 26 ans était sous contrat avec le TPM jusqu’en 2021.

Revenons d’abord à l’origine de ce feuilleton. Alors qu’il restait sur trois saisons réussies au TP Mazembe, les choses ont commencé à se compliquer pour l’attaquant à Lubumbashi suite à sa blessure contractée contre les Zambiens de Zesco United en décembre 2018. Eloigné des terrains pendant 4 mois, Malango assiste impuissant à l’éclosion du jeune Jackson Muleka, formé à la Katumbi Football Académie, qui ne manque pas l’occasion pour étaler son talent et convaincre l’entraîneur Pamphile Mihayo.

Sans doute inquiété par cette nouvelle concurrence, Malango a préfère mettre les voiles l’été dernier en filant en douce pour rejoindre le Raja en tant que joueur libre. Problème : le TPM conteste cette signature et assure que son attaquant se trouvait toujours sous contrat…

Malongo, ou l’envie de réussir loin de chez lui !

Après l’obtention de l’autorisation de jouer avec sa nouvelle équipe en septembre dernier, le joueur formé au Jack Trésor Kinshasa n’a pas tardé à trouver ses marques dans son nouvel environnement.

Ses débuts dans la Botola, le championnat d’élite marocain, se résument en ces termes : «l’envie de  réussir». Tout commence le 21 septembre dernier, quand il obtient l’autorisation provisoire de la FIFA pour jouer avec son nouveau club.

Lors de son premier match face à l’équipe palestinienne d’Hilal Al-Quds dans le cadre de la Coupe arabe des clubs, l’ancien de Don Bosco, titulaire, fait bonne figure grâce à ses gestes techniques de haute facture. Au match retour, joué à Jérusalem, le Léopard délivre deux passes décisives dont l’une à Ayoub Nanah et l’autre à son compatriote Fabrice Ngoma.

Son triplé inscrit lors d’un match amical face l’Association Sportive de Salé l’a ensuite définitivement lancé sur la bonne voie. Aucun supporter du Raja n’a en effet oublié son but égalisateur marqué à la 94e minute face au grand rival, le Wydad, qui a permis au RCA de se qualifier sur le fil pour les quarts de finale de la Coupe arabe des clubs le 23 novembre.

Avec ses prouesses, le deuxième meilleur buteur de la Ligue des champions africaine 2018 a gagné le surnom d’«Avatar» auprès de ses nouveaux supporters, lui qui possède un statut de titulaire indiscutable et un ratio plutôt encourageant dans le championnat marocain (5 buts en 12 matchs) mais perfectible en Ligue des champions (1 but en 5 matchs).

A 26 ans, le moins que l’on puisse dire, c’est que Ben Malango compte parmi les joueurs congolais qui se taillent une place de choix loin de leur pays.