RDC : passé de la D5 à la Premier League, cet international s’offre un record !

En remportant la finale des barrages de Championship samedi devant Coventry (1-1, 5 tab à 6), Luton Town vient de composter pour la première fois de son histoire son ticket pour la Premier League. Le club, basé à 50 bornes au nord de Londres, évoluait encore en National League (le 5ème échelon national) lors de la saison 2014-15. Avec dans ses rangs, déjà, un certain Pelly Ruddock Mpanzu.

Il est à lui seul l'incarnation de la pugnacité et de la résilience. Né à Hendon, un quartier londonien situé au nord-ouest de Charing Cross, Pelly Ruddock Mpanzu commence le football dans le modeste club de Boreham Wood. Déjà talentueux, il voit à la fin de l'année 2011, alors qu'il a déjà 17 berges bien tassées, les portes du professionnalisme s'entrouvrir du côté de West Ham. Mais il ne percera pas avec les Hammers (un seul match de coupe en 2013). Le milieu défensif d'1 mètre 75 vient de frôler son rêve de jouer en Premier League, mais il n'a pas dit son dernier mot. Quitte à repartir tout en bas de l'échelle. Son rebond n'aura lieu ni en Championship (D2), ni en League One (D3), ni même en League Two, quatrième et dernier échelon du football professionnel anglais. Ce sera à Luton Town, en National League (D5), club qu'il rejoindra à la fin de l'année 2013. Dans cette ancienne ville ouvrière, siège des moteurs Vauxhall, il ne devait y faire qu'un bref passage, le temps d'un prêt de deux mois. Rapidement transféré, il y a établi son fief depuis bientôt dix piges. Et samedi à Wembley, devant un peu plus de 85 000 personnes, l'amour a plus que jamais triomphé entre les deux parties.

Luton Town : l'histoire d'une résurrection

Descendu en 1992 après dix ans dans l’élite du football anglais, Luton Town, fondé il y a 138 ans, revient de loin. Le club du Bedfordshire s'est trouvé à trois reprises en situation de banqueroute dans les années 2000. En 2008-2009, il entame même son championnat de League Two (D4) avec une pénalité de 30 points. Mais aujourd'hui, les supporters qui siègent toujours au champêtre Kenilworth Road Stadium (10 000 places) peuvent savourer : leur club, qui a jadis frôlé la disparition, est de retour sur le devant de la scène. Un come-back mérité au terme d'une saison aboutie dans l'antichambre de la Premier League (3ème au classement avec 80 points) et d'une finale de Play-off exaltante (1-1, but de Clark pour Luton à la 23ème et Hamer à la 66ème pour les Sky Blues) qui a donc tournée en leur faveur à l'issue de la fatidique séance de tirs aux buts (5 à 6). Mais le duel épique face à Coventry, club lui aussi né au 19ème siècle (en 1883), aurait pu virer au drame lorsque Tom Lockyer (Luton) s’est effondré sur la pelouse dès la 10ème minute. Évacué sur civière puis transporté à l’hôpital, il serait actuellement conscient d’après un communiqué de son club sur les réseaux sociaux. Soulagement.

Digne d'une partie de Football Manager

Dans le genre parcours cabossé digne du célèbre jeux vidéo de Sports Interactive, Pelly Ruddock Mpanzu, qui a joué 98 minutes samedi, n'est pas mal non plus. Après s'être extirpé des joutes du semi-professionnalisme (D5) puis avoir gravi les différents échelons de la Football League (D4, D3, D2), le joueur de 29 ans s'apprête à découvrir le championnat le plus médiatique au monde après une nouvelle saison pleine (33 matchs, 3 buts). « C’est comme si j’étais allé au bout du football. Ça a été un beau voyage et il va y avoir la fête pendant tout l’été » s'est réjoui l'international congolais (2 capes) après la rencontre, véritable banger émotionnel pour le peuple Hatters. Une trajectoire de carrière tout simplement historique puisqu'aucun joueur n'avait jusqu'à présent réussi à passer de la cinquième division anglaise à la Premier League avec le même club. À l'instar d'un Jamie Vardy, qui a lui aussi émergé des entrailles du football britannique pour finalement découvrir la Premier League à 27 ans et la remporter à 29, Mpanzu revient de loin. On lui souhaite la même destinée…

RDC : passé de la D5 à la Premier League, cet international s’offre un record !
Anthony Olivier

Explorateur et gratte-plume du football africain, j'aime brosser le portrait des nouvelles pépites du continent.