Algérie : Amoura met en garde contre un “mensonge”

Mohamed Amoura s’est confié sur l’équipe d’Algérie, considérée par les observateurs comme l’un des favoris de la CAN 2023.

Dans un récent entretien accordé à So Foot, l’international algérien Mohamed Amoura (20 sélections, 6 buts) a tenté de tordre le cou à l’idée selon laquelle les Fennecs, champions d’Afrique en 2019, font partie des sérieux prétendants au titre. « Dire que nous sommes favoris serait un mensonge. Nous avons une équipe en plein renouveau, avec des nouveaux qui intègrent doucement le groupe. Mais c’est sûr que nous sommes attendus, de par notre statut », a-t-il nuancé. Puis il poursuit : « Pour ce qui est de mes favoris, je placerais le Sénégal, l’Égypte, la Côte d’Ivoire et le Maroc dans le carré final. »

Le Maroc et l’Algérie, un jeu de dupes ?

Des propos dénotant une forme de langue de bois, dans un jeu de dupes où chacune des têtes d’affiche se renvoient la balle alors que la compétition démarre samedi. Dans un précédent entretien pour la BBC, Romain Saïss, le capitaine de l’équipe du Maroc en l’occurrence, ôtait les Lions de l’Atlas, demi-finalistes à la Coupe du monde 2022, des principaux favoris parmi lesquels il incluait l’Algérie. « De mon point de vue, nous (la Maroc) ne sommes pas les favoris. Je comprends pourquoi les gens disent cela, mais aucun d'entre nous (les joueurs) n'est né la dernière fois que le Maroc a remporté le tournoi et notre entraîneur jouait lorsque nous avons atteint la finale pour la dernière fois (…) Je pense que la Côte d'Ivoire aura de la pression parce qu'elle joue à domicile. Il y a aussi beaucoup d'équipes dangereuses avec une grande expérience, comme le Sénégal, le Cameroun, l'Algérie et l'Égypte », avait ajouté le défenseur central.

Selon Opta, le Maroc est le troisième favori pour soulever la coupe derrière le tenant du titre, le Sénégal, et le pays hôte; la Côte d’Ivoire, juste devant son voisin et rival algérien, classé quatrième par le supercalculateur.

Algérie : Amoura met en garde contre un “mensonge”
Prudence Ahanogbe