Patrice Motsepe

C’est l’affaire qui fait parler ces derniers jours en Côte d’Ivoire. Dans un article intitulé «CAN en Côte d'Ivoire : les 60 millions de dollars de la discorde», le magazine Jeune Afrique affirme que la Confédération africaine de football (CAF) a demandé à la Côte d’Ivoire, pays-hôte de la CAN 2023, de placer environ 60 millions de dollars sur un compte séquestre afin de payer les primes des sélections qualifiées. Cette requête aurait créé des divergences entre le président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Idriss Diallo, prêt à accepter le deal, et le président d'honneur, Jacques Anouma, fermement opposé à cette idée.

Devant l’ampleur pris par la polémique, la FIF et le comité local d’organisation (COCAN) ont réagi en publiant vendredi un démenti cinglant. «Face à ces accusations médiatiques qui ne reposent sur aucun fondement réel, la FIF, association affiliée à la CAF, et le COCAN tiennent à apporter le démenti le plus ferme. La FIF et le COCAN ne peuvent que regretter que le magazine Jeune Afrique n'ait jamais cherché à vérifier auprès d'eux l'exactitude des informations publiées», a déploré l’instance.

Aucune tension selon la FIF

«Ils souhaitent exprimer leur profonde indignation face à de tels propos, qui mettent en cause l'exigence professionnelle et la probité morale, de personnes totalement impliqué dans la réussite de cet événement majeur qu'est la CAN 2023. Ils déplorent en outre la publication d'articles tendancieux visant à jeter le discrédit sur l'organisation de la CAN en Côte d'Ivoire. Au demeurant, la CAF est l'organisateur de la CAN, et à ce titre, elle définit les règles de son organisation dans les pays hôtes», poursuit le communiqué avant de démentir toute tension.

«Résolument engagés aux côtés de l'Etat ivoirien et de la CAF, pour offrir à l'Afrique et au monde une CAN exceptionnelle en terre ivoirienne, le COCAN et la FIF assurent que les différentes parties impliquées dans l'organisation de cette fête du football travaillent de concert selon les règles définies par la CAF et sous la coordination du Cabinet du Premier Ministre, rattachement institutionnel du COCAN. A ce jour, les travaux liés à la préparation de la CAN se déroulent dans de très bonnes conditions, qu'il s'agisse des infrastructures ou des interactions avec la Confédération Africaine de Football.» De son côté, la CAF n’a pas encore réagi.

Le communiqué de la FIF

295633189 5209372775837393 7385502515280827851 n