Amine Harit, Maroc

Terrible soirée pour Amine Harit. Alors que certains de ses compatriotes de la sélection du Maroc posaient le pied à Doha en vue de la Coupe du monde 2022, le milieu offensif disputait dimanche son dernier match avec l’Olympique de Marseille, contre Monaco (3-2), avant de rallier le Qatar. C’est du moins ce qui était prévu. Sauf que, malheureusement pour lui, le joueur de 25 ans, convoqué jeudi par le sélectionneur Walid Regragui, ne sera pas du voyage dans l’Emirat…

A la 58e minute de la partie, suite à un violent contact avec Axel Disasi, l’ancien Nantais s’est en effet tordu le genou et il a été évacué sur civière et en larmes. La dureté des images et le visage affecté des joueurs présents, coéquipiers comme adversaires, ne laissaient aucune place au doute et les premiers bruits de couloir sont sans équivoque : a priori, le natif de Pontoise souffrirait d'une rupture des ligaments croisés du genou gauche, tandis que le ménisque et le ligament collatéral seraient aussi touchés, révèle le site spécialisé Le Phocéen en précisant que des examens plus pointus doivent confirmer ce diagnostic.

C’est donc non seulement le Mondial qui vient de s’envoler pour Harit, mais peut-être même la saison toute entière… En souhaitant un bon rétablissement à son joueur sur Twitter, la Fédération marocaine de football (FRMF) a implicitement entériné son forfait. Alors que le latéral gauche Adam Masina, le milieu de terrain Imran Louza et l’attaquant Tarik Tissoudali ont déjà renoncé sur blessure et tandis que l’inquiétude est présente pour l’ailier de Toulouse, Zakaria Aboukhlal, les Lions de l’Atlas ne sont clairement pas vernis avant le grand rendez-vous planétaire.