Côte d’Ivoire : les révélations d’Aulas sur le dossier Hervé Renard

Objet d’une offensive improbable de la part de la Fédération ivoirienne de football (FIF) en pleine CAN 2023 pour coacher la Côte d’Ivoire, Hervé Renard n'est pas passé si loin d'un retour sur le banc des Éléphants.

Suite à la démission de Jean-Louis Gasset avant la qualification miraculeuse des Éléphants en huitièmes de finale de la CAN 2023, la FIF a tenté une approche inédite. L’instance et son président Idriss Diallo ont demandé à leurs homologues français le prêt du sélectionneur de l’équipe de France féminine, Hervé Renard, le temps du tournoi. Si la FFF a refusé après un temps de réflexion n’ayant d’intérêt que d'un point de vue diplomatique, L’Equipe a indiqué que cette dernière n’a jamais envisagé de dire oui. Pourtant, du côté de Jean-Michel Aulas, vice-président de la FFF, on assure que le deal était largement envisageable.

Aulas s'était laissé convaincre

C’est du moins ce qu’a confié l'ancien boss de l'Olympique Lyonnais dans un entretien accordé à RMC Sport. “Quand on m'a posé la question en tant que responsable du foot féminin à la Fédération, on en a parlé longuement avec Philippe (Diallo) (le président, ndlr) et c'est vrai qu'il y avait une réticence de principe. Et quand on a regardé concrètement les choses, j'ai appelé les joueuses les plus leaders de l'EDF pour connaître leur perception et en fait le système s'est renversé : partant du foot féminin français, un entraîneur va gagner la CAN ou va montrer qu'il est non seulement très compétent pour le foot féminin mais aussi masculin, et bien ça peut être au contraire une promotion. Par contre, il fallait que ce soit clair entre Hervé Renard et nous et ça l'était. Il nous a dit qu'il pouvait rendre service à la Côte d'Ivoire, ça l'intéressait car il y a un lien affectif avec la CAN”, a révélé le dirigeant récemment décoré par le président français Emmanuel Macron.

Pourquoi la FFF a refusé

D'après JMA, l’idée de céder Renard n’était pas particulièrement saugrenue du point de vue de la FFF, en ce sens que cela aurait pu représenter une belle vitrine pour le football tricolore, mais l'affaire a capoté. “Donc voilà après la période de surprise, on s'est dit qu'au contraire, tout le monde devait imaginer que le fait qu'Hervé Renard puisse apporter une solution au foot africain et au foot mondial en tant que sélectionneur de l'EDF féminine, et bien pourquoi pas”, a-t-il expliqué. Puis de clarifier les motifs du refus : “Il n'y avait aucune ambigüité, je l'ai eu (Renard) au téléphone. Ca ne s'est pas fait pour des raisons qui n'étaient pas liées à Hervé mais à la relation entre les fédérations sur le plan économique.” Une simple affaire de gros sous donc d'après Aulas…

Côte d’Ivoire : les révélations d’Aulas sur le dossier Hervé Renard
Prudence Ahanogbe