A partir du 1er août, la Secrétaire Générale de la FIFA, Fatma Samoura, va entrer en fonction en tant que «Déléguée-Générale de la FIFA pour l’Afrique» avec la mission de mener un audit général de la Confédération africaine de football (CAF), confrontée à plusieurs problèmes ces derniers mois. A l’instar du président de l’UEFA, Aleksander Čeferin, l’ex-boss de la FIFA, Sepp Blatter, ne voit pas cette intervention d’un bon œil.

«Cela peut être considéré comme un nouvel aspect du colonialisme», a taclé le Suisse dans un communiqué transmis à la BBC. «L’intervention directe de la FIFA à la CAF et l’envoi de Mme Samoura comme une sorte de ‘superviseur’ passent outre les statuts de la FIFA. Pour rappel, les confédérations ne sont pas membres de la FIFA. Seules les associations nationales le sont.»

Alors que certains dénoncent une mise sous tutelle, la CAF affirme de son côté que c’est elle qui a demandé cette intervention.