Stéphane Sessegnon, né à Allahé à 150 km de Porto-Novo, la capitale politique du Bénin, est un pur produit du football béninois. Formé au pays, il a débuté sa carrière au Requins de l’Atlantique à Cotonou avant de venir tenter sa chance en France, à Créteil puis au Mans. Il vient d’être transféré au Paris Saint-Germain pour 9 millions d’euros. Portrait d’un Ecureuil dans la capitale française.


Le Mercato bat son plein, et cette fois, le Paris Saint-Germain enregistre ses premières recrues de la saison 2008-2009. En Stéphane Sessegnon, la nouvelle direction incarnée par Charles Villeneuve tient un premier renfort de choix après la déconvenue Lilian Thuram. Après deux belles saisons réalisées dans la Sarthe, et une grande régularité affichée avec les écureuils du Bénin, le joueur comme le club affichent de belles ambitions en liant leurs destins. Le profil de ce milieu de terrain à vocation offensive que beaucoup comparent à Clarence Seedorf laisse entrevoir de belles heures pour le club de la capitale.

De Cotonou au Mans

Stéphane Sessegnon, 1,72 m pour 72 kg, est un milieu offensif, qui peut aussi évoluer en récupérateur ou sur le côté droit. La carrière de l’international béninois débute à Cotonou chez les Requins de l’Atlantique en 2003. Il rejoint dès 2004 le championnat de France à Créteil (L2). Il joue alors milieu défensif. L’international intègre dès son arrivée l’équipe-type, joue 35 matchs de championnat et inscrit 5 buts. L’année suivante est du même calibre : 33 matchs et 5 buts.

Le Béninois impressionne et convainc Le Mans, tout juste promu en Ligue 1, de s’attacher ses services. Il va pouvoir montrer l’étendue de son talent face aux meilleures écuries françaises. Après quelques matchs d’acclimatation, l’entraîneur Frédéric Hantz le place sur le côté droit où il impressionne. Il dispute cette saison-là 31 matchs en L1 et marque un (seul) but. Le changement d’entraîneur au Mans ne va pas bouleverser le joueur qui aura la confiance du nouveau coach, Rudy Garcia. Nouvelle saison, la deuxième dans la Sarthe, Stéphane Sessegnon reste essentiel au dispositif manceau. Il monte d’un cran sur le terrain pour évoluer en tant que meneur de jeu. Il dispute 30 journées et marque 5 buts, dont un doublé (son premier en Ligue 1) contre Lyon. Il délivre également 5 passes décisives.

Au Paris Saint-Germain

Ses bonnes performances amènent des clubs plus huppés que le Mans à s’intéresser à lui. Ainsi, après de longues négociations, il s’engage pour quatre ans au Paris-Saint-Germain. Le club parisien a dépensé 9 millions d’euros pour l’acquérir. Il portera le numéro 10 et devrait être placé par Paul Le Guen derrière un ou deux attaquants, à moins qu’il ne préfère l’utiliser un cran en dessous aux côtés de Jérémy Clément.

Avec les Ecureuils du Bénin, le néo-parisien a disputé la CAN 2008 au Ghana mais son équipe est sortie de la compétition par la petite porte, perdant ses trois matchs lors de la première phase. Il faut dire que le Bénin avait fort à faire dans le groupe B, opposé à la Côte d’Ivoire, au Nigeria et au Mali… Pour les qualifications conjointes à la CAN 2010 et à la Coupe du Monde 2010, la sélection est première de son groupe (groupe 3) avec 9 points, devant l’Angola (7 points), l’Ouganda (7 points) et le Niger (0 point). Rien n’est cependant encore acquis pour les Écureuils.

 Par Vulcano77, de notre partenaire l’Univers de l’Entraîneur

Pour des discussions football, rendez vous sur le forum d’UDE