Dimanche, le premier jour de la CAN 2021 au Cameroun a été le théâtre d’un bien triste épisode. En effet, trois journalistes algériens présents sur place pour couvrir la compétition ont été victimes d’une agression à l’arme blanche à proximité de leur hôtel à Douala dans la soirée.

Il s’agit de Mohamed Aissani de l’APS (Agence presse service), de Mehdi Dahak (DZ Foot) et de Smail Mohamed Amokrane (Compétition), légèrement blessé et qui a été transporté vers une structure de santé pour y recevoir des soins. Il s’agissait visiblement d’une agression crapuleuse puisque les trois hommes se sont fait dérober leurs effets personnels, dont un passeport et trois téléphones portables.

«La Fédération algérienne de football, à travers la personne de son président, M. Amara Charaf-Eddine, tient à condamner vigoureusement la lâche agression dont ont fait l’objet trois journalistes algériens à Douala, au Cameroun», a indiqué l’instance. «Aussi, la FAF a pris attache avec le responsable de la sécurité affecté par les autorités camerounaises auprès de la sélection nationale, qui a saisi sa hiérarchie, d’où l’intervention des services de sécurité qui se sont déplacés au niveau l’hôtel pour s’enquérir de la situation de nos trois ressortissants. Une enquête a été ouverte à cet effet. (…) La FAF s’indigne devant un tel incident, le jour de l’inauguration de cet événement continental, placé pourtant sous le sceau de la fraternité et du fair-play, sur et en dehors des stades.» Une bien mauvaise publicité pour le Cameroun…