Pas utilisé lors des deux derniers matchs de l’Algérie, Saphir Taïder s’est vu reprocher un manque d’investissement à l’entraînement par le sélectionneur Rabah Madjer. Pour justifier ses dires, le technicien a expliqué avoir mis un gilet GPS à l’insu du joueur durant les séances. Une affirmation contredite par le Fennec.


Convoqué lors du dernier rassemblement de l’Algérie, Saphir Taïder n’a pas eu droit à la moindre minute de jeu face à la Tanzanie (4-1) et l’Iran (1-2). Face à la sélection perse, le Fennec a même créé la polémique en quittant le banc pour rentrer aux vestiaires avant la fin du match. Forcément, la situation du milieu de terrain de l’Impact Montréal interpelle. Dans une interview accordée à la chaîne A3, le sélectionneur Rabah Madjer a expliqué ses choix, accablant l’ancien Grenoblois.

« J’ai entendu quelques rumeurs sur lui mais je voulais voir son comportement et son rendement lors des entraînements. Il avait des problèmes physiques et il était loin de sa forme. J’ai décidé avec le docteur de l’EN de lui faire porter un gilet GPS sans qu’il ne le sache pour qu’il nous montre ce qu’il fait pendant les entraînements et je vous laisse deviner comment étaient les résultats« , a glissé le technicien dans des propos rapportés par le site DZfoot, sous-entendant que le joueur ne se donne pas à fond. Forcément, le Fennec a tenu à répondre aux propos du sélectionneur.

Taïder ne comprend pas

« Je dis que nous l’avons utilisé (le gilet GPS) durant le stage en équipe nationale une seule et unique fois durant une séance légère qui a duré 15 à 20 minutes maximum« , a assuré Taïder dans les colonnes de Compétition. « En toute sincérité, je n’arrive pas trop à comprendre comment on peut en déduire que ma forme physique n’était pas bonne… Donc, faux nous n’avons pas fait de tests à Sidi Moussa, mais seulement mis un GPS lors de quelques minutes lors d’une séance d’entraînement. Juste avant d’arriver en sélection le 18 mars dernier, j’ai été élu dans l’équipe type du MLS. Voilà pourquoi je ne comprends pas les propos du coach concernant mon état physique. Franchement, j’aurais préféré entendre autre chose, mais bon »

« Je lui ai dit que je respectais ses choix… Par contre, je lui ai dit aussi que je ne comprenais pas son choix de me faire venir de très loin pour que je reste sur le banc« , a ajouté l’intéressé. « J’aurais aimé avoir un minimum de considération. Il m’a répondu que je n’étais pas au top de ma forme. J’ai précisé que je me sentais bien… il n’a pas voulu m’en dire plus. J’étais triste forcement et déçu, une boule au ventre, je ne comprenais pas, et notre discussion s’est terminée là-dessus. » Entre les deux hommes, c’est visiblement le dialogue de sourds. Autant dire que Taïder pourrait bien rejoindre Sofiane Feghouli et Raïs M’Bolhi parmi les bannis de l’ère Madjer…