Ancien international Espoirs français et également éligible avec la Tunisie, Habib Bellaïd avait opté pour l’Algérie juste avant le Mondial 2010. En fin de compte, le défenseur central de 34 ans a bien pris part à la compétition mais sans jouer la moindre minute et sa carrière internationale se sera résumée à une sélection en match de préparation contre l’Irlande (0-3). L’ancien élément de Strasbourg estime que le sélectionneur de l’époque, Rabah Saadane, ne lui a jamais vraiment laissé sa chance par rapport aux «héros d’Omdurman», qui avaient décroché la qualification pour le Mondial.

«Je suis arrivé dans une génération où les anciens étaient en place avec un entraîneur qu’ils connaissaient et avec qui ils avaient été à la guerre en Égypte. C’était très compliqué de bousculer la hiérarchie, on était là pour faire le nombre», a expliqué le natif de Bobigny dans un direct avec l’émission 100% Ligue 1. «Je pense personnellement qu’à ce moment-là, à l’instant T, en 2010, j’étais meilleur que les mecs qui étaient là. Mais je n’ai jamais parlé.»

De quoi donner des regrets à Bellaïd d’avoir opté pour l’Algérie ? Oui et non. «Je ne sais pas si j’ai eu raison de faire ce choix-là. Sportivement, la sélection ne m’a rien apporté. J’étais un joueur de football connu, j’étais quelqu’un avant la sélection. Par contre émotionnellement ce que j’ai vécu en équipe d’Algérie personne ne peut me l’enlever», a tout de même souligné l’ex-Fennec.