CAN 2023 : l’Algérie encore dernière et éliminée…

Alors qu’un match nul lui suffisait pour se qualifier en 8es de finale de la CAN 2023, l’Algérie a de nouveau sombré contre la Mauritanie (0-1) ce mardi au Stade de la Paix de Bouaké. Passés au travers malgré les choix forts de Djamel Belmadi, qui avait notamment laissé Riyad Mahrez sur le banc au coup d’envoi, les Fennecs sont éliminés au premier tour en terminant derniers de leur groupe, comme en 2022… La Mauritanie fait quant à elle coup double en décrochant une victoire et une qualification toutes deux historiques.

Virtuellement qualifiée parmi les meilleurs troisièmes au coup d'envoi, l’Algérie visait tout de même la victoire afin de finir parmi les deux premières places. Mais surtout, les champions d’Afrique 2019 cherchaient à (se) rassurer après leurs précédentes sorties ayant laissé les supporters sur leur faim. C’est pourquoi les Verts lançaient la première alerte par l’intermédiaire d’Adam Ounas, privilégié ce mardi sur l’aile droite à la place de Riyad Mahrez, auteur de prestations plus que moyennes lors des deux premiers matchs. L'ailier lillois tirait dès la 8e minute un coup franc excentré sur Babacar Niasse qui repoussait le cuir au premier poteau. Mais derrière, les Fennecs ne se montraient pas tout à fait souverains. En atteste un geste manqué de Youcef Atal, et qui se rattrapait dans la surface de réparation par un sauvetage dans les pieds d’un adversaire (14e). Une erreur sans conséquence à l’arrivée, d’autant plus que l’action était annulée pour hors-jeu, mais qui trahissait le manque de sérénité de la formation algérienne.

Devant, Ounas maintenait le cap en sollicitant une nouvelle fois Niasse sur une belle frappe claquée au premier poteau (19e). Dans son sillage, Houssem Aouar reprenait d’une frappe non cadrée, toujours au premier poteau, un centre venant de droite (25e). Faisant le dos rond, la Mauritanie jouait crânement les contres. Souleymane Anne, excentré à gauche, tirait à bout portant sur Anthony  Mandrea au premier poteau (36e). Le corner immédiat amenait l’ouverture du score de Mohamed Dellahi, lequel profitait d’un contre favorable dans la surface suite à la frappe contrée d’un coéquipier pour battre avec un peu de réussite Mandrea (1-0, 37e).

Virtuellement relégués à la dernière place du groupe D synonyme d’une deuxième élimination consécutive en phase de groupes, les Fennecs réagissaient avec une frappe d’Hicham Boudaoui, tout proche d’accrocher la lucarne droite de Niasse (43e). En face, les Mourabitounes restaient fidèles à leur ligne de conduite, et décochaient une frappe lointaine captée en deux temps par Mandrea (45e+3).

Belmadi lance Mahrez

Aux grands maux, les grands remèdes : Djamel Belmadi faisait sortir du banc Riyad Mahrez en remplacement d’Aouar à la mi-temps. Coïncidence ou non, Baghdad Bounedjah passait quasiment dans la foulée devant Niasse au premier poteau sur un centre de Rayan Aït-Nouri, pour une reprise passant près du montant (46e). Cela n’écartait pas la menace mauritanienne pour autant. La jambe ferme d’Aïssa Mandi bloquant un tir sur un contre mauritanien (48e) et la manchette de Mandrea face à une tête sur un corner en sont les parfaites illustrations (49e). Koita n’était pas en reste avec un numéro de soliste conclu par un tir dévissé dans la surface (56e).

Encore un penalty oublié ?

Belmadi abattait ses dernières cartes en sortant du banc Youcef Belaïli, Nabil Bentaleb (62e) puis Islam Slimani (69e). S’ensuivait une avalanche d’occasions franches, notamment par Boudaoui dont la tête était claquée par Niasse (60e), un tir lobé sauvé sur la ligne par un défenseur adverse (66e), et la reprise de Mandi sur coup franc, mise en échec par un arrêt somptueux de Niasse (69e). Mais aussi un ceinturage sur Slimani dans la surface sans que l'arbitre et la VAR ne bronchent, ce qui ne manquera pas de faire jaser quelques jours après le recours algérien à ce sujet. Dans une fin de match absolument irrespirable, la Mauritanie trouvait la barre (85e) tandis que dans les arrêts de jeu Bounedjah était repris in extremis par un défenseur à la base du poteau droit de Niasse (90e+6).

À l’arrivée, l’Algérie termine bonne dernière de son groupe et sort par la petite porte, pour une seconde fois consécutive après la CAN 2021 au Cameroun. Une catastrophe sans doute de trop qui fera probablement tomber des têtes, à commencer par celui du sélectionneur Djamel Belmadi. L’avenir des cadres Mahrez, Slimani s’inscrit lui aussi en pointillés… En attendant, la Mauritanie peut savourer sa qualification qui porte l’empreinte d’Amir Abdou. Le sélectionneur étant le maitre d’ouvrage, après sa brillante prestation avec les Comores lors de la précédente édition.

Les compos de Mauritanie-Algérie

CAN 2023 : l’Algérie encore dernière et éliminée…
Prudence Ahanogbe