Munir El Haddadi pourrait bientôt être à l’origine d’une grande réforme concernant les changements de nationalité sportive dans le football. Devenu international avec l’Espagne à seulement 19 ans, en septembre 2014, l’attaquant du FC Séville n’a depuis porté le maillot de la Roja que 13 minutes et il n’est plus convoqué depuis des années. De quoi convaincre l’Andalou de demander une dérogation à la FIFA pour changer de nationalité sportive et être autorisé à porter les couleurs du pays de ses parents, le Maroc. L’instance dirigeante du ballon rond avait refusé cette requête en 2018, El Haddadi ayant joué en match officiel avec la Roja. Mais cette règle pourrait bientôt changer !

D’après Associated Press, la FIFA mène en effet actuellement une réflexion qui pourrait déboucher sur l’assouplissement des critères d’éligibilité pour changer de nationalité sportive. Si cette réforme voit le jour, un joueur pourrait changer de pays, même s’il a déjà joué en match officiel avec un autre, moyennant quatre conditions : avoir joué moins de trois matchs avec sa première sélection; être âgé de moins de 21 ans lorsqu’il a été sélectionné ; ne plus avoir été appelé en sélection depuis au moins trois ans ; enfin, ne pas avoir disputé de phase finale d’une Coupe du monde ou d’un tournoi continental (Euro, CAN, etc.) avec la sélection en question.

Cette réforme pourrait être adoptée dès le prochain congrès de la FIFA, le 18 septembre. De quoi donner de l’espoir à El Haddadi et aux autres binationaux se trouvant dans sa situation !