Samuel Eto'o

Elu président de la Fédération camerounaise (Fecafoot) en décembre dernier, Samuel Eto’o a vu son statut contesté ces dernières semaines. En effet, l’ancienne gloire du FC Barcelone a été portée à la tête de l’instance par l’assemblée générale d’octobre 2021. Or, il existe un collège différent, remontant à 2009, qui conteste le pouvoir à cette assemblée et avait déposé un recours devant le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), susceptible d'annuler son élection.

En ce sens, une rencontre était organisée mercredi entre l’ex-buteur et les membres de l’AG de 2009. Et celle-ci s’est révélée productive ! Dans un communiqué publié ce jeudi, la Fecafoot annonce en effet que les dissidents ont annulé leur recours au TAS et reconnaissent l’élection d’Eto’o. En contrepartie, le comité exécutif provisoire élu le 12 octobre 2021 est dissous, conformément à la volonté des membres de 2009.

Fier de sa victoire, Eto’o en a profité pour régler ses comptes avec ses détracteurs. «Il (Eto’o, ndlr) loue de ce point de vue le sens patriotique de la majorité des membres de l'assemblée générale de 2009 mais déplore cependant les agissements belliqueux de certains acteurs tapis dans l'ombre dont les objectifs inavoués sont de maintenir le football camerounais dans les querelles interminables», tacle le communiqué. «Il invite donc l'opinion nationale et internationale à plus de vigilance afin qu'elle ne prête pas l'oreille à ces conjectures complotistes qui visent à paralyser le football camerounais». Pas de doute, au vu du ton incisif, c’est bien Eto’o qui a signé ce communiqué !

Le communiqué de la Fecafoot