Réunie ce mercredi à Yaoundé, le comité de recours de la fédération camerounaise s’est prononcé pour l’annulation des élections à la tête de la Fecafoot. Organisé le 19 juin dans des conditions chaotiques (la police a empêché les électeurs d’entrer pendant sept heures) sur fond de bras de fer entre la Fédération et le gouvernement, le scrutin a abouti à la réélection du très controversé Iya Mohammed, actuellement placé en détention provisoire pour détournement de fonds notamment. Candidate malheureuse, Marlène Emvoutou avait introduit un recours pour irrégularités. Elle avait été suivie par John Ndeh et Nkou Mvondo, le président de Ngaoundéré, ainsi que par des clubs des sept régions du Cameroun. Le comité de recours a donc décidé d’annuler le scrutin et a annoncé la tenue de nouvelles élections. De sérieux soupçons de corruption pèsent sur le scrutin du 19 juin et Marlène Emvoutou elle-même s’est plaint d’avoir acheté des membres de l’assemblée générale qui n’ont ensuite pas voté en sa faveur… Mais le camp d’Iya Mohammed, président de la Fecafoot depuis 2000, ne l’entend pas de cette oreille et a indiqué qu’il va interjeter appel auprès du TAS (Tribunal Arbitral du Sport). Dans l’attente que l’instance se prononce à son tour, il soutient que c’est le bureau élu le 19 juin qui doit assurer l’intérim. De leur côté, les opposants à Iya Mohammed estiment que c’est l’ancien comité exécutif de la Fecafoot qui doit gouverner en attendant. La sortie de crise à la Fecafoot, ce n’est pas pour demain…