Samuel Eto'o

Confronté à une fronde depuis son élection à la présidence de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Samuel Eto’o a récemment été condamné à 22 mois de prison avec sursis par la justice espagnole pour fraude fiscale. Ce verdict a conduit certains des détracteurs de l’ex-buteur à réclamer au comité exécutif de la Fecafoot de proclamer la vacance à la tête de l'instance. Celle-ci a répondu jeudi par un communiqué très clair.

«Les 16 membres du Comité exécutif réunis ce jour accordent leur totale confiance au président Samuel Eto'o dans la mise en œuvre des projets qui ont permis de changer radicalement le monde du football en 07 mois seulement», indique un communiqué signé par la vice-présidente Céline Eko Mendomo.

De quoi calmer le jeu. Pour un moment du moins puisqu’un recours est toujours en cours devant le Tribunal Arbitral du Sport pour contester son élection.

Le communiqué de la Fecafoot