Il fallait bien que cela arrive ! A l’approche du coup d’envoi de la CAN 2019 (21 juin-19 juillet), une première sélection vient d’être confrontée à des soucis de primes : l’Angola, qui retrouve la compétition pour la première fois depuis 2013.

Faisant suite à certaines rumeurs parues dans la presse, la Fédération angolaise (FAF) a confirmé que les joueurs ont interrompu leur entraînement lundi au Portugal en mettant en avant trois exigences : le paiement immédiat et en devises étrangères de la première semaine de stage, le versement immédiat des primes de qualification, et la renégociation des primes pour la phase finale.

La mise au point de la Fédé

La FAF indique qu’après des discussions, tout est rentré dans l’ordre et que les joueurs ont repris l’entraînement mercredi. L’instance a par ailleurs expliqué que cette situation n’est pas de son fait puisqu’elle affirme avoir reçu seulement 50% du budget promis par le gouvernement, en précisant que cette somme lui est seulement parvenue la semaine dernière, tout en ajoutant que les aides de la Confédération africaine de football (CAF) ne lui ont pas encore été versées.

Malgré ces incertitudes, «un climat de paix et de tranquillité» règne désormais dans le groupe, affirme la FAF. Pour rappel, les Palancas Negras affronteront la Tunisie, la Mauritanie et le Mali dans la poule E.