Déchu de son statut de pays-hôte de la CAN 2019, le Cameroun joue sa qualification ce samedi à Yaoundé face aux Comores (15h GMT). Un nul suffira au tenant du titre face à des Coelacanthes qui s’offriront un exploit historique en cas de victoire.


Au départ, les choses ne devaient pas du tout se passer comme ça pour le Cameroun. Il y quatre mois encore, au terme de la 5e journée des éliminatoires, les Lions Indomptables possédaient encore le statut de pays-hôte de la CAN 2019. Ils étaient à ce titre qualifiés d’office et la réception des Comores ce samedi à Yaoundé (15h GMT) lors de l’ultime journée ne devait revêtir aucun enjeu pour eux. Mais, comme on le sait, le tenant du titre, s’est entretemps vu retirer l’organisation de la compétition et il joue son billet pour l’Egypte, qui l’a remplacé, face aux Coelacanthes.

Sur le papier, on peut se dire que la bande à Eric Maxim Choupo-Moting, qui portera le brassard de capitaine, n’a pas de raison de s’inquiéter. Après tout, le Cameroun joue à domicile et un match nul lui suffit tandis que son adversaire doit impérativement gagner s’il veut le doubler sur le fil. Reste que les Lions n’ont pas spécialement convaincu depuis la nomination de Clarence Seedorf l’été dernier (1 victoire, 2 nuls et 2 défaites). Surtout, ils avaient failli mordre la poussière face à ce même adversaire à l’aller pour la première du Néerlandais. Mais Stéphane Bahoken avait sauvé l’honneur et égalisé à la 80e minute (1-1). Cette fois, l’attaquant d’Angers, forfait, ne sera pas là, tout comme Jean-Armel Kana-Biyik, blessé, et Karl Toko Ekambi, suspendu. Du coup, les Lions s’avancent confiants mais aussi méfiants.

Le match d’une vie pour les Comoriens

« On doit dominer et imposer notre jeu car c’est un match important. Il ne faut pas gâcher la fête devant notre public » , a souligné le latéral gauche Ambroise Oyongo. « Ce n’est pas un hasard si l’équipe des Comores se retrouve à ce niveau. Ils ont aussi les capacités de se qualifier face à nous. A nous de montrer que nous sommes capables de pouvoir gagner ce match et d’être au-dessus d’eux. Il faut qu’on se qualifie pour aller défendre notre titre. » Plus facile à dire qu’à faire face à des Comoriens qui sont à 90 minutes de la première qualification de leur histoire pour la CAN. Pas de pression malgré tout pour des Coelacanthes qu’on n’attendait pas à ce niveau.

« Nous n’avons aucune pression particulière. Nous n’avons rien à perdre, mais en revanche tout à gagner. Si on gagne, ça sera un exploit. Si on perd, c’est tout à fait logique vu la qualité et l’image que dégagent l’équipe du Cameroun » , commentait récemment le sélectionneur Amir Abdou, privé du buteur El Fardou Ben Nabouhane (Etoile Rouge de Belgrade) pour ce match. A l’issue d’un stage en France à Châteauroux, Fouad Bachirou et sa bande se présenteront fin prêts pour ce qui sera le match d’une vie pour certains. « On a la foi, on croit en nos qualités. Nos prestations passées sur de gros matchs nous ont prouvé qu’on pouvait rivaliser avec de grandes nations. Ça nous donne la force » , a souligné le milieu de terrain de Malmö pour France Football. « C’est certainement le match le plus important de notre jeune histoire. » Le Cameroun est prévenu.

  • Le classement du groupe B : Maroc 11 points (qualifié), Cameroun 8 pts, Malawi 5 pts (éliminé), Comores 5 pts,