Khazri tunisie

Entre un penalty possiblement oublié sur Whabi Khazri, victime du tacle dangereux de Soumaïla Ouattara en seconde période, et un temps additionnel raccourci, la Tunisie aurait pu l’avoir mauvaise à l’issue de son élimination en quarts de finale de la CAN 2021 samedi contre le Burkina Faso (0-1). Mais les Aigles de Carthage ont refusé de se cacher derrière cette excuse et de pointer du doigt les décisions contestables de l'arbitre Joshua Bondo, préférant regretter leur visage décevant, surtout en première période.

«Un grand match contre le Nigeria (1-0 en 8e de finale), mais aujourd’hui on était à côté de la plaque», a ainsi admis au micro de Mosaïque FM le latéral gauche Ali Maaloul, dont l’entrée énergique à la mi-temps a permis de réveiller son équipe, en vain. «On n’était pas bien en première mi-temps et on a encaissé un but. On a une bonne équipe et on pouvait faire mieux.»

Sliti encense le Burkina Faso

«On va pas chercher des excuses mais il fait comprendre que les joueurs contaminés au coronavirus ne peuvent pas retrouver leurs moyens physiques aussi rapidement», a de son côté mis en avant le sélectionneur adjoint Jalel Kadri pour expliquer la différence d’agressivité avec l’adversaire, en rappelant que les Tunisiens ont été frappés par de nombreux cas de Covid ces dernières semaines.

Enfin, Naïm Sliti a quant à lui tiré son chapeau aux Etalons. «On est tombé sur une bonne équipe de Burkina Faso. Ceux qui disent que le Burkina Faso est une petite équipe ont tort. C’est le football. On n’est pas bien rentré en première mi-temps. Maintenant, on a d’autres matchs importants», a conclu l’ailier en se projetant déjà sur les barrages de la Coupe du monde 2022 contre le Mali en mars.

Le penalty possiblement oublié sur Khazri