Comores

Les Comores se souviendront à jamais de leur première participation à la CAN. Entre leur magnifique parcours jusqu’en 8e de finale, perdu de façon héroïque contre le Cameroun (2-1), la présence d’un latéral dans les buts et les polémiques avec la Confédération africaine de football (CAF), les supporters des Cœlacanthes auront en effet beaucoup de souvenirs, certains très bons, d'autres plus amers, à raconter à leurs enfants. Le différend avec la CAF a d’ailleurs pris un nouveau tournant ce jeudi puisque l’instance panafricaine a décidé de sanctionner financièrement la sélection insulaire en raison de son comportement lors du 8e de finale.

«L'équipe des Comores a été inculpée pour avoir fait preuve d'un comportement irresponsable à plusieurs reprises, notamment en violation grave des protocoles Covid-19 et en forçant l'accès aux vestiaires», a d’abord pointé du doigt le jury disciplinaire de la CAF. «Le rapport des officiels de match mentionne des insultes proférées à l'encontre des officiels de la CAF, et le comportement irrespectueux de l'entraîneur des gardiens, Jean-Daniel Noel Patrice Padovani. L'équipe des Comores a également été accusée d'avoir causé un retard de deux minutes sur le coup d'envoi après que leur joueur a quitté le vestiaire en portant un maillot avec un numéro qui n'était pas le sien.»

Après ce réquisitoire, les sanctions sont tombées : 10 000 dollars d’amende «pour non-respect du protocole COVID-19 requis par la CAF», une sanction de 5 000 dollars «pour non-respect des numéros de maillot déjà enregistrés dans le système CMS par le joueur», et enfin une amende de 2 000 dollars «pour le retard causé par les joueurs.» Un total donc de 17 000 dollars de pénalités, un montant qui n'est pas anodin pour la Fédération comorienne et ses moyens limités. Sans oublier en parallèle une suspension de trois matchs pour Padovani. De quoi relancer les débats sur un match qui a déjà fait couler beaucoup d'encre…