Enfin champions ! Les Etalons cadets du Burkina Faso ont
remporté ce samedi 22 janvier, à Kigali, la neuvième Coupe
d’Afrique de football des moins de 17 ans, en battant en finale
le Rwanda, 2-1, au Amahoro National Stadium de Kigali. Pour la
première fois, le Burkina Faso inscrit son nom au palmarès de
cette compétition, après deux finales perdues.


(de notre correspondant)

La tour de contrôle rwandaise, Faustin Usengimana l’avait prédit: « Cette
finale ne sera pas comme le match d’ouverture. » Tout vrai. Elle ne l’a pas
été. Le Rwanda a perdu 1-2. Le Burkina Faso lui a rendu la monnaie de sa
pièce du match d’ouverture, où, il avait perdu sur ce même score.

Dans cette rencontre peu spectaculaire, tout s’est joué en seconde
période. Et c’est lui Faustin Usengimana, le premier à offrir au Burkina la
verge pour supplicier les Guêpes rwandaises. A la 56e minute, il manque
un contrôle et l’attaquant des Etalons, Sana Zaniou se saisit de la balle
pour clouer le portier rwandais. Stupéfaction des 25 000 spectateurs
du Amahoro Stadium. Mais lorsqu’à 64e minute d’une sublime reprise
de volée croisée, Mwesigye rétablit la parité, les Rwandais reprennent
espoir. Le sacre final est possible. Réduits à dix depuis l’expulsion à la
59e minute du défenseur Kanazoé, les Burkinabè sont à la peine d’autant
plus que Bertrand Traoré et Fayçal Ouédraogo, leurs maîtres à jouer, sont
complètement muselés.

Enivrante euphorie et erreur fatale rwandaises. Cette égalisation n’était
qu’un éclairci dans le ciel déjà bien alourdit de Kigali. Et à la 71e minute,
boum ! Déclenchée par le pied gauche de Kaboré, la frappe terrible des 25
mètres, pleine lucarne, provoque la foudre qui s’abattit sur les Amavoubi
et leurs 25.000 spectateurs du Amahoro National Stadium de Kigali. 2-
1 ! Amahoro est atterré, plongé dans un silence assourdissant. Malgré
une domination outrageuse en fin de partie et quatre minutes de temps
additionnels, les Rwandais ne se relèveront plus jamais de cette frappe
nucléaire. Les Burkinabè tiennent leur chose et ne lâchent rien jusqu’au
coup de sifflet final. Sans être la meilleure génération de cadets, la bande
à Rui Viera a réussi là où leurs aînés ont échoué en 1999 et 2001. Ce
soir le Burkina a franchi un pallier supplémentaire. Juste récompense des
efforts de formation d’un pays, mais signe annonciateur d’une nation de
foot en construction.

 Le palmarès De la CAN U-17

1995: Ghana

1997: Egypte

1999: Ghana

2001: Nigeria

2003: Cameroun

2005: Gambie

2007: Nigeria

2009: Gambie

2011 : Burkina Faso