etoo2.jpg

Qui a dit que les footballeurs étaient des enfants millionnaires, pourris et gâtés? Certains, malgré leur fortune, n’ont pas oublié d’où ils venaient. Afrik-Foot.com établit pour vous un Top 10, sans véritable ordre, des joueurs africains qui ont conservé une conscience sociale.



 Didier Drogba (Côte d’Ivoire-Chelsea)

L’Ivoirien n’est pas qu’un grand buteur, il a aussi une véritable conscience politique. Drogba est bien plus qu’un footballeur : le Times l’a même rajouté à sa liste des 100 personnalités les plus influentes. Une liste où l’ancien Marseillais côtoie une ribambelle de Prix Nobel, grands patrons et chefs d’Etat… Le terme « drogbacité » sert à résumer les valeurs qu’il incarne : la modestie, la générosité, la tolérance. A peine qualifié pour la Coupe du monde 2006, le buteur de Chelsea use de son influence. Dans les vestiaires, entouré de ses coéquipiers, d’une voix douce et hachée, il proclame au micro : « Ivoiriennes, Ivoiriens, on vous a prouvé aujourd’hui que toute la population de la Côte d’Ivoire peut cohabiter, peut jouer ensemble pour un même objectif. Aujourd’hui, on vous le demande à genoux : un pays qui a toutes ces richesses ne peut pas sombrer dans la guerre comme cela. » Il est à genoux, aux côtés de Touré, du Nord, de Boka, du Sud, de Barry, le gardien, dont les parents sont guinéens. Didier Drogba poursuit : « S’il vous plaît, déposez tous les armes. Organisez des élections, et tout ira mieux. » Cette année, il a offert plus de 5 M€, récoltés grâce à ces apparitions dans des spots publicitaires, pour construire un hôpital et un orphelinat à Abidjan.

 Samuel Eto’o (Cameroun-Inter Milan)
etoo2.jpg

L’ancien buteur du Barça a un cœur de Lion et a su laissé son empreinte en dehors du terrain. L’homme est dit prétentieux mais le natif d’Nkon n’a pas oublié ces années de galère où des problèmes administratifs l’empêchaient de jouer au foot à Paris et même d’aller à l’école. Investi dans de nombreuses causes, le capitaine camerounais en s’investissant notamment pour Shoe Aid for Africa ou en mettant en place des programmes scolaires, en offrant des ambulances à des hôpitaux de son pays ou en mettant en place des académies de football. Il participe régulièrement à des rencontres amicales de charité en faveur de l’Afrique et d’ailleurs. L’Intériste était d’ailleurs en Israël, où il entraîné des enfants israéliens et palestiniens à Tel-Aviv. « Il n’y a rien de plus beau et qui me rende plus heureux que de partager avec ceux qui ont des difficultés. Et je suis convaincu que, grâce au football, je pourrai rendre aux miens une partie de ce qu’ils m’ont donné », explique-t-il.

 John Utaka (Nigeria-Portsmouth)

Le buteur de Portsmouth et des Super Eagles a lancé la Fondation John Utaka pour aider la jeunesse défavorisée du Nigeria. Avec l’aide de la banque centrale du pays, l’ancien Rennais va proposer des bourses scolaires. Sa fondation vise à aider les jeunes du pays à obtenir une bonne éducation afin d’augmenter leurs chances de réussite dans la vie. « J’ai été béni par Dieu et je tenais à créer une fondation qui reflète mon envie d’aider les jeunes à réussir leur habilitation. Au Nigéria, il y a des villages où les commodités de base comme l’eau, la nourriture ou les soins sont des luxes. Nous allons tâcher de collecter des fonds pour les plus démunis », assure-t-il.

 Nwankwo Kanu (Nigeria-Portsmouth)

Sans doute l’un des footballeurs africains les plus prestigieux. Mais Kanu est aussi connu pour sa philanthropie que pour ses buts de légende. L’ancien joueur de l’Inter a créé la Kanu Heart Foundation, inspirée par ses propres problèmes cardiaques qui ont bien failli mettre un terme à sa carrière. Comme Aboutrika, il est ambassadeur de bonne volonté et, avec l’UNICEF, a permis à plus de 1000 enfants d’aller à l’étranger pour se faire opérer.

 Joseph Yobo (Nigeria-Everton)

Alors que ces coéquipiers et adversaires se prélassent au soleil, le défenseur international nigérian passe le plus clair de ses vacances à s’occuper des défavorisés. A travers son association éponyme, la Joseph Yobo Charity Foundation, l’ancien Marseillais a offert plus de 300 bourses scolaires afin que des enfants pauvres aillent à l’école primaire et même à l’university. Il a également établi une académie de football dans la région d’Ogoni, au Nigeria.

 Michael Essien (Ghana-Chelsea)
Essien2.jpg

Robuste, le milieu de terrain de Chelsea est très difficile à bouger sur le terrain. En dehors, il a un cœur d’or pour ceux qui ont eu moins de chance. Grâce à sa fondation, le footballeur souhaite soutenir les communautés défavorisées au Ghana par l’installation d’infrastructures de soins de santé, d’accès à l’eau potable et bien d’autres dans différentes localités. En mai 2010, l’ancien Lyonnais a participé au lancement de « Reading Goals », qui vise à lutter contre l’illettrisme dans les populations africaines.

 John Paintsil (Ghana-Fulham)

Le défenseur des Black Stars a récemment mis en place le Paintsil Peace Kids Project qui vise à promouvoir les intérêts des enfants. Sa fondation inculque les valeurs de respect et guide les jeunes enfants vers le succès. Elle devrait bientôt construire des cliniques pour renforcer son programme. Le défenseur de Fulham a par ailleurs offert plus de 20 000€ à sa ville natale, Berekum, pour aider à l’organisation d’un tournoi de football.

 Mohamed Aboutrika (Egypte-Al Ahly)
aboutrika-2.jpg

L’attaquant vedette d’Al Ahly a participé à de nombreuses manifestations à but caritatif, tout en travaillant dans l’humanitaire. En 2005, avec un quarantaine d’autres footballeurs internationaux, il est devenu ambassadeur de bonne volonté pour le Programme des Nations Unies pour le développement en organisant un « Match contre la pauvreté » en Allemagne afin de récolter des fonds. Il a également participé, en tant que bénévole, à une publicité visant à promouvoir le Programme alimentaire mondial au cours de laquelle il a attiré l’attention sur les 25 000 personnes qui meurent de la faim chaque jour, dont 18 000 enfants.

 On aurait également pu citer : Marouane Chamakh (Maroc-Arsenal) et son association 1001 sourires ; Samuel Inkoom (Ghana-Bâle) et son action en faveur des orphelins ; George Weah (Liberia) et son engagement politique ; Abdeslam Ouaddou (Maroc-ASNL) et sa lutte contre le racisme ; Samuel Ipoua (Cameroun) et Wagneau Eloi (Haïti) qui s’engagent pour Haïti ; Jimmy Adjovi-Bocco (Bénin), Patrick Vieira (France) et Bernard Lama (France) et Diambars ; Stephen Appiah (Ghana-Bologne) qui a lancé sa propre marque dont les bénéfices sont reversés aux enfants déshérités ; Sydney Govou (France-Panathinaïkos) parrain d’une association humanitaire au Togo ; Frédéric Kanouté (Mali-FC Séville) qui a fondé une association pour venir en aide aux orphelins de son pays…