Niger, CHAN

Battu 1-0 par le Togo dimanche à Lomé dans le cadre du dernier tour aller des éliminatoires du CHAN 2022, le Niger a du mal à digérer. Et pour cause : 8 joueurs et l’adjoint Hassane Idé Barkire ont été testés positifs au Covid-19 dans des circonstances douteuses avant le match et n’ont donc pas pu être alignés. A l’issue de la rencontre, le sélectionneur du Mena local, Harouna Doulla, a tapé du poing sur la table et porté de graves accusations.

«Ça a été fait sciemment. C’est des joueurs qui ont été ciblés. Mais je ne dis pas que c’est ça qui nous a fait perdre. Je suis venu avec 25 joueurs, je pouvais gagner avec d’autres. Je pense que c’est dommage. Ce n’est pas l’équipe togolaise mais les dirigeants qui ont manipulé pour nous mettre dans cette situation… On passe 3 heures à l’aéroport pour des questions de Covid alors qu’on est enregistrés avec nos pass vaccinal. On a rempli ces conditions et on vient nous réveiller nuitamment comme quoi il y a des joueurs à aller confiner !», a pesté le technicien en conférence de presse. Avant de promettre de renvoyer la monnaie de leur pièce aux Togolais samedi à Cotonou (Bénin), lieu du match retour.

«Il faut vraiment qu’on arrête de nous embêter avec le Covid pour venir déstabiliser ces jeunes. Il y a 8 de mes joueurs qui sont restés, dont 4 titulaires qui devaient démarrer ce match. Mais ils joueront à Cotonou inchallah. Je vous dis, moi je suis rancunier, oui le pardon ça existe en islam, mais on rendra le coup à Cotonou, je vous préviens», a conclu le Nigérien. Le décor est planté !