Visés par une procédure de la FIFA à l’issue de la 5e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, pour utilisation de joueurs inéligibles, l’Ethiopie, la Guinée Equatoriale et le Togo risquent de se voir infliger des points de retrait. C’est du moins le scénario qui se dessine après que l’instance a dévoilé les noms des joueurs concernés.


Le football africain, ou la triste représentation de l’amateurisme de certaines fédérations et sélections. A peine trois jours après la 5e journée des éliminatoires de la Coupe du monde 2014, la FIFA a expliqué plus en détails les motifs qui l’ont poussée à ouvrir une procédure à l’encontre de l’Ethiopie, de la Guinée Equatoriale et du Togo. Trois sélections coupables aux yeux de l’instance d’avoir aligné des joueurs inéligibles au cours de certaines rencontres.

« « La Fédération éthiopienne aurait aligné un joueur inéligible lors du match entre le Botswana et l’Ethiopie disputé le 8 juin 2013. La Fédération togolaise aurait aligné un joueur inéligible lors du match entre le Togo et le Cameroun disputé le 9 juin 2013« , a notamment fait savoir l’instance dans un communiqué, au sujet des Walyas et des Eperviers.

Beyene et Romao suspendus, mais sur le terrain

Dans son viseur, Minyahile Teshome Beyene (Ethiopie) et Alaixys Romao (Togo), qui n’auraient pas du jouer les rencontres en question en raison de suspension pour accumulation de cartons jaunes. Faits qu’ont fini par reconnaître les deux fédérations incriminées dans la soirée de mardi. Ce qui laisse éclater au grand jour un laxisme criant de la part des dirigeants éthiopiens et togolais, et qui pourrait coûter cher dans l’optique de la qualification pour le Mondial 2014.

Initialement qualifiée après cette 5e journée, l’Ethiopie va, sauf décision improbable, perdre son match face au Botswana sur tapis vert. L’équipe sera donc de nouveau à la portée de l’Afrique du Sud et du Botswana, respectivement deux et trois points derrière, avant la dernière journée des éliminatoires, prévue le 6 septembre. Il devrait en être de même pour le Togo, déjà éliminé quoi qu’il arrive, mais dont cette défaite annoncée va faire les affaire du Cameroun. Battus par les Eperviers à Lomé (2-0), les Lions Indomptables vont récupérer trois points très précieux qui vont les faire passer en tête de groupe I devant la Libye. Ils seraient alors presque qualifiés pour les barrages, car un nul leur suffirait lors du dernier match face aux Libyens.

La qualification tunisienne remise en question

En revanche, le cas de la Guinée Equatoriale est beaucoup plus flou et concerne Emilio Nsue. Naturalisé afin de pouvoir jouer avec le Nzalang Nacional, l’ancien des Espoirs espagnols n’avait visiblement pas tous les documents valides pour pourvoir être sur le terrain face au Cap Vert lors de la victoire de sa nouvelle sélection, le 24 mars. Match au cours duquel il s’était illustré en inscrivant un triplé pour permettre à son équipe de décrocher un succès. Difficile dans ces conditions de dire qu’il n’a pas influé sur l’issue du match.

Autant dire que tout laisse à croire que dans ce cas de figure là aussi, les Requins Bleus vont récupérer trois points sur tapis vert. Ce qui aura comme conséquence de redistribuer les cartes dans le groupe B, où la Tunisie pensait avoir décroché sa qualification pour les barrages dimanche après son match nul face à… la Guinée Equatoriale. Il n’en serait rien puisque les Aigles de Carthage n’auraient plus que deux points d’avance sur les Cap-verdiens. La qualification va donc sans doute se jouer le 6 septembre, lors de la toute dernière journée avec un Tunisie-Cap Vert…