Afrik-Foot.com vous raconte l’histoire des équipes africaines en Coupe du monde de football. En toute logique, la première formation du continent au Mondial est aussi la plus titrée du continent. L’Egypte, qui n’est pas encore septuple championne d’Afrique, a posé les pieds en Italie en mai 1934 pour les premiers pas africains dans la plus grande compétition sportive du monde. Face à la Hongrie, les Nord-Africains ouvrent le bal…


Le 27 mai 1934, l’Egypte affronte la Hongrie pour ce qui restera à jamais le premier match d’une équipe africaine en phase finale de Coupe du monde. Un petit tour et puis s’en va pour ceux qui ne sont pas encore les Pharaons, battus par les Magyars (4-2).

Pour en arriver là, la seule équipe africaine de cette édition 1934 a dû passer par la Palestine. Une formalité pour les Egyptiens qui marchent sur leurs adversaires : 7-1, 4-1. « Nous sommes déjà en Italie ! » La prédiction des journaux du Caire s’est avérée. 11-2 en deux matches au printemps 1934 et les futurs septuples champions d’Afrique valident leur billet pour l’Italie de Mussolini, quatorze ans après leur premier match officiel, une défaite face à… l’Italie (2-1).

La Palestine en qualif’

L’Egypte, qui avait fondé une fédération de football en 1921, avait été invitée pour la première édition en Uruguay, mais la distance qu’il fallait parcourir pour aller en Amérique latine l’en avait dissuadé. Pas question de rater une compétition qui, 4 ans plus tard, se déroulait de l’autre côté de la Méditerranée.

Ce 27 mai, donc, le stade Giorgio Ascarelli de Naples, rénové pour l’occasion, a presque fait le plein : 9000 spectateurs sont venus voir le huitième de finale de cette deuxième Coupe du monde. Malgré des clubs phares, Al Ahly et Zamalek, déjà structurés, la formation égyptienne, emmenée par l’Ecossais James McRea, ne fait pas figure de favori face aux Hongrois de Géza Toldi, Istvan Palotas, Gabor Szabo.
D’ailleurs, au bout d’une demi-heure de jeu à peine, les Africains n’en mènent pas large. Les Hongrois ont déjà deux buts d’avance grâce à Teleki (11e) et Toldi (27e). Mais les Egyptiens reviennent au score par l’entremise d’un grand gaillard de 24 ans, Abdelramahne Fawzy. D’un doublé (31e, 39e), l’ailier gauche d’Al Masry entre dans l’histoire, bien avant Roger Milla, Rabah Madjer ou Didier Drogba…

Doublé pour Fawzy

Malheureusement, la seconde période s’avère fatale pour l’Egypte, victime du réalisme magyar. La Hongrie inscrit deux nouveaux par Vincze (53e) et ce diable de Toldi (61e). 4-2, la messe est dite. L’Egypte plie bagage, quatre jours avant ses adversaires, battus par l’Autriche en quart de finale. Chez elle, l’Italie s’impose face à la Tchécoslovaquie.

Pour l’Egypte, il faudra attendre plus de 50 ans avant de disputer une deuxième phase finale de Coupe du monde, lors… d’Italie 90. Grâce au Maroc, l’Afrique écourtera son attente puis les Lions de l’Atlas ont arraché leur billet pour l’épreuve mexicaine de 1970.