Respectivement contrôlés positif à des test anti-dopage par la CAF et la Ligue de football algérienne, Youcef Belaili de l’USM Alger et Rafik Boussaid du RC Arba ont été suspendus pour deux ans.


Rattrapés par la patrouille… En l’espace de 24 heures, le football algérien est miné par deux cas de dopage qui font couler beaucoup d’encre. Très en vue sous les couleurs de l’USM Alger, déjà leader du championnat algérien et avec qui il a décroché une qualification pour les demi-finales de la Ligue des champions, Youcef Belaili a été contrôlé positif par la CAF, lors d’un contrôle antidopage effectué le 7 août lors du match de Ligue des champions qui a opposé sa formation au MC El Eulma.

« Conformément au règlement et à la demande de la CAF, le joueur Belaili Youcef a été entendu par les membres de la commission médicale fédérale et a reconnu les faits qui lui sont reprochés et a renoncé au droit de faire l’analyse de l’échantillon « B » comme le prévoit la réglementation« , indique de son côté la Fédération algérienne. En attendant, la CAF lui a notifié ainsi qu’à son club une suspension de deux ans de toutes compétitions nationales et internationales, alors que le son club a réagi, indiquant qu’il « défendra ses intérêts et celui de son joueur, jusqu’à ce que la lumière soit faite sur cette affaire« .

Suspension équivalente pour Rafik Boussaid, qui évolue également dans le championnat local, sous les couleurs du RC Arba. Contrôlé lors du match de Ligue 1 Mobilis face au RC Relizane, le milieu de terrain a vu son test également se révéler positif. Situation expliquée par la prise de médicaments sous ordonnance afin de soigner une angine, d’après ses dires . Argumentation qui n’a pas convaincu la commission de discipline de la Ligue, qui lui a notifié une suspension de deux ans, accompagnée d’une amende de 100 000 dinars (soit environ 840 euros).