Madin Koroghli, 7 ans, est une star prématurée du ballon rond. La presse en fait ses choux gras, plusieurs grands clubs européens voudraient s’attacher les talents de ce petit prodige français d’origine algérienne. Une vidéo montrant ses performances sur un terrain de foot, postée sur YouTube, a subitement propulsé le gamin sous les feux de la rampe.


La presse anglaise et espagnole s’est entichée de lui. Les chaînes de télé se sont bousculées pour le filmer. Madin Koroghli, 7 ans à peine, est un authentique petit génie du foot. Un « Zizou » en culottes courtes. Le gamin a enflammé la Toile depuis qu’une vidéo illustrant ses exploits techniques a été postée sur YouTube par son cousin, fin 2007. Les images de ce petit prodige franco-algérien du ballon ont été visionnées plus d’un million de fois.

Quand l’émission Téléfoot de TF1 diffuse une vidéo de Madin Koroghli dribblant et slalomant entre les jambes de ses petits camarades, en mars 2008, c’est le buzz absolu. Des agents de grands clubs, des chaînes de télé, des sponsors se bousculent alors sur le phénomène. Mais les sollicitations se heurtent à des parents intransigeants, qui refusent toutes les propositions, dans le souci de « protéger » et préserver l’équilibre de leur enfant. La ferveur est retombée un temps, puis reprends de plus belle quand, en février dernier, les médias espagnols et anglais lui consacrent leurs gros titres. Le quotidien The Sun annonce même qu’il aurait été contacté par le Real de Madrid et Chelsea.

Le ballon ou la flûte

Pour faire baisser la pression, l’entourage du petit garçon a dû sortir de sa réserve. Mohamed, son père, tempère les ardeurs dans un reportage que lui a consacré le JT de TF1 le 4 mars dernier : « Mon fils a 7 ans aujourd’hui. A 9 ans, il peut me dire :“tiens papa j’aime bien la flûte“. Donc, je ne prends pas trop ça au sérieux.» Pour Frédéric Paquet, directeur du centre de formation Lille Olymique Sporting Club (LOSC), pas la peine de s’emballer non plus. « Entre être un bon joueur, voire un petit garçon exceptionnel à 7 ans, et devenir un joueur professionnel à 19 ans, la marge est totale. Et aujourd’hui, dire ce que sera ce petit garçon de 7 ans à 19 ans, je crois que personne ne peut le dire. »

Contrairement à ce qu’ont laissé entendre les médias, les parents du petit Madin n’ont pas été contactés directement par les clubs européens. Christian Lazaoui, ami de son père, éducateur à Roubaix, explique sur France 24: « Le père du petit a reçu des coups de fil de plein de monde : des sponsors, des managers, etc. Lui voulait protéger son fils, alors il a dit non à tout le monde. Mais les managers n’ont pas lâché l’affaire. Ils sont allés contacter des grands clubs, et c’est de là, j’imagine, qu’est partie la rumeur sur son transfert au Real de Madrid. »Pour l’instant, ni Real Madrid, ni Chelsea. Après deux ans sous les couleurs du club Roubaix Hommelet, et un passage par Wasquehal, le petit Madin s’apprêterait à rejoindre le LOSC (« Sans transaction financière », précise Christian Lazaoui). Pour le reste, « c’est l’avenir qui nous le dira », confie Fatima, la maman de Madin.