Hayatou impliqué dans le Fifagate ?

Depuis mercredi, la FIFA est dans la tourmente, les arrestations pour corruption s'accumulent pendant que le scandale enfle. Issa Hayatou, président de la Confédération africaine de football va-t-il échapper à la très incisive justice américaine qui s'occupe du dossier ?


C'est presque une surprise. Au moment où la FIFA est touchée par un scandale de corruption dans le cadre de l'attribution de plusieurs Coupes du monde, le toujours très controversé président de la CAF n'a pas encore été attaqué. Pour l'heure, le dirigeant de 68 ans a réussi à échapper à toutes accusations dans ce qu'il convient désormais d'appeler le “Fifagate”, orchestré par la justice américaine.

La plupart des observateurs ou suiveurs du football africain peuvent être étonnés qu'un homme toujours suspecté sur son continent ne soit pas encore accusé. Sa proximité avec Sepp Blatter pourrait expliquer en partie cela.
Lorsque mercredi, la police suisse est venue voir le patron de la CAF en vue de simplement l'interroger, le dirigeant a éconduit les forces de l'ordre, prétextant qu'il devait être accompagné de six autres membres de sa confédération pour pouvoir être entendu.

La question de l'attribution de la Coupe du monde 2010 pourrait mettre fin à l’innocence présumée de l'ancien membre du comité exécutif de la FIFA. La justice américaine aurait commencé à collecter de nombreuses preuves prouvant la corruption de certains membres de la FIFA ayant voté pour l'Afrique du Sud. Même si le nom d’Hayatou ne sort pas de cette liste, comment imaginer un seul instant que le président de la confédération du pays organisateur d’une Coupe du monde ne soit au courant de rien ?

Qatar 2022 : Le coup de grâce ?

Le dossier dans lequel Issa Hayatou risque le plus gros ne concerne pourtant pas directement l'Afrique. Dans le cadre de l'attribution de la Coupe du monde 2022 au Qatar, l'ancien chef de la Fécafoot aurait touché des pots-de-vin, ainsi que deux autres membres de la CAF. L'issue de cette affaire paraît bien plus compliquée pour le descendant de politicien camerounais de renom. Les nombreuses enquêtes policières ou journalistiques sont toujours arrivées à un moment ou un autre sur le nom d'Hayatou. Cette fois, son amitié avec le grand manitou suisse de la FIFA devrait difficilement le sauver.

Jusqu'à cette affaire du Qatargate, le dirigeant avait toujours réussi à garder son poste envers et contre tous. Les affaires dans lesquelles il était cité ne dépassant souvent pas le cadre de l'Afrique, peu de gens en faisaient la Une des journaux à l'international. Malgré sa longue présence à la tête du football africain (depuis 1988), Hayatou n'était pas le dirigeant le plus connu du grand public. L'affaire du Qatar a pourtant fini par l’éclabousser aux yeux du monde. Un coup de grâce en mondovision pour un homme des plus controversés ?

Avatar photo
Thomas Bartoli