La Fédération internationale de football a retiré six points à l’équipe nationale de football camerounaise pour les éliminatoires du Mondial 2006. Motif de la sanction : les Lions Indomptables ont porté, pendant la Can 2004, l’UniQT, une tenue Puma non conforme au règlement. L’équipementier allemand et la Fédération camerounaise de football organisent la riposte, car cette décision compromet sérieusement les chances de qualifications du onze national.


Le Cameroun privé de Coupe du Monde en 2006 ? Les Lions Indomptables pourraient bien voir cette compétition leur passer sous le nez. La Fédération internationale de football (Fifa) a en effet annoncé, vendredi par communiqué, qu’elle pénalisait l’équipe nationale camerounaise de six points pour les éliminatoires, qui commencent en juin. Motif de la sanction : les footballeurs ont porté une tenue jugée non conforme au règlement de l’instance pendant la Coupe d’Afrique des nations 2004 (Can). La Fédération camerounaise de football (Fécafoot) estime que cette sanction est disproportionnée et qu’elle met d’office le pays hors-jeu pour le prochain Mondial. La Fécafoot entend faire appel de la décision, alors que Puma, équipementier du Cameroun et créateur de la tenue incriminée, a annoncé son intention de porter plainte contre la Fifa.

Tenue hors normes ?

Les Camerounais avaient inauguré l’UniQT, un short cousu au maillot se portant près du corps, lors de la dernière Can, qui se déroulait à Tunis. Lors du premier match des Lions pendant cette compétition, la Fifa avait fait part de son opposition. « Sur la foi d’une promesse faite à la Fifa par la Fédération Camerounaise de Football d’un retour à la conformité aux Lois du Jeu pour la deuxième phase du tournoi, la Fifa avait alors fait preuve de clémence pour les matches du premier tour. Néanmoins, à l’occasion des quarts de finale, l’équipe nationale du Cameroun revêtait toujours le même équipement non conforme à la Loi 4 des Lois du Jeu », explique sur son site la Fédération internationale. La Commission de discipline de l’instance a donc décidé d’infliger à la Fécafoot une amende de 128 900 euros et de retirer six points à l’équipe nationale pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2006.

La Fécafoot et Puma ont vivement réagi à cette décision. Les deux partenaires estiment que rien dans la législation n’interdit une tenue telle que l’UniQT. Le texte 4 des Lois du jeu de la Fifa mentionne que l’équipement des joueurs doit comprendre « un maillot ou chemisette, des culottes (…), des chaussettes, des protège-tibias et des chaussures ». « Il n’y a rien dans les règles qui interdise que le short et le maillot soient reliés l’un à l’autre », a déclaré à l’Agence France Presse Horst Widmann, bras droit de Jochen Zeitz, patron de Puma. Même discours du côté de la Fédération camerounaise de football, qui dénonce une décision unilatérale et précise que « même si l’équipe a été prévenue par la Fifa pendant la Can, l’équipementier ne pouvait pas créer autre chose en si peu de temps ».

Sanction fatale pour le Mondial

La Fécafoot entend faire appel de la décision. Le ministre de la Jeunesse et des Sports a déjà mis sur pied à cet effet une commission qui doit se réunir ce mardi. L’idée est de parvenir à une « solution appropriée » et non-unilatérale. « La sanction est disproportionnée, explique, sous couvert d’anonymat, un membre de la Fécafoot. Une simple amende aurait suffi pour régler le litige. Nous allons tout faire pour obtenir l’annulation des six points de sanction. » Puma va beaucoup plus loin. L’équipementier allemand a annoncé, dimanche, qu’il soutiendrait la Fécafoot « juridiquement et financièrement » dans cette affaire et qu’il allait porter plainte contre la Fifa. Le groupe compte demander « des millions » d’euros de dommages et intérêts à l’instance internationale.

L’enjeu est de taille. A la Fécafoot, on fait peu de cas de l’amende pécuniaire. En revanche, on s’épanche sur les six points à rattraper pour se qualifier pour le Mondial. « C’est quasiment impossible. Nous sommes dans un groupe fort (Côte d’Ivoire, Egypte, Libye, Soudan et Bénin, ndlr). Avec six points de pénalités, nous sommes en quelque sorte d’office éliminés de la compétition », commente-t-on à la Fécafoot. Une tort on ne peut plus préjudiciable pour Lions et pour les affaires de Puma.

Adidas contre Puma ?

Pour les deux parties mises en causes, il y a au cœur du problème une affaire de concurrence commerciale. L’instance sportive camerounaise et Puma considèrent que le fait qu’Adidas soit le sponsor officiel de la Fifa n’est pas étranger à sa sanction. « C’est un fait qu’Adidas a bénéficié d’un traitement de faveur au cours des trente dernières années. C’est arbitraire », a estimé Horst Widmann. Alors que le membre de la Fécafoot souligne que le Cameroun est victime d’une « guerre entre équipementiers ». Puma innove et propose des modèles révolutionnaires, comme avec la tenue ‘démembrée’ (sans manches, ndlr) de la Coupe du monde 2002, et peut séduire un marché plus important qu’Adidas ».

Un conflit d’autorité de la Confédération africaine de football (Caf) et la Fifa pourrait également peser dans le différend actuel. La Fifa ne voyait apparemment pas de problème à ce que les Lions Imdomptables portent l’UniQT, tant que ce n’était pas dans le cadre des compétitions qu’elle organise. « La sanction de la Fifa apparaît comme une ingérence qui ne dit pas son nom. C’est à la Caf de gérer cette affaire », estime le membre de la Fécafoot. D’aucuns estiment que Joseph Sepp Blatter, président de la Fifa, se venge par cette sanction d’Issa Hayatou, président de la Caf, qui avait autorisé les Lions à porter l’UniQT pendant toute la durée de la Can.

Lire aussi :

 La Fifa interdit le maillot des Lions

 Le nouveau maillot des Lions est arrivé