Voisins mais rivaux, notamment sur le plan sportif, le Maroc et l’Algérie entretiennent des relations particulières où la susceptibilité est souvent de mise. Au détour d’une phrase pourtant anodine ou presque, l’international algérien Riyad Mahrez vient de l’apprendre à ses dépens. Tout a commencé dimanche dernier à l’occasion d’un direct sur Instagram avec le journaliste Smaïl Bouabdellah.

Interrogé sur la mauvaise image que certains ont des Algériens, l’ailier de Manchester City avait déclaré : «Ce sacre (à la CAN) était pour nous, les Algériens. Je sais que quand joue l’Algérie, les mecs ne sont pas avec nous. A part les Algériens. Tu crois que les Marocains étaient avec nous ? Les Marocains n’étaient pas avec nous. Peut-être un peu les Tunisiens, mais les Marocains n’étaient pas avec nous ! Les Sénégalais, les Camerounais… Pourquoi ? Ce n’est pas parce qu’ils ne nous aiment pas. Mais c’est parce qu’on fait trop de bruit. On crie trop. On parle trop !» Le tout prononcé sur le ton de l’humour.

Sauf que certains médias marocains ont pris ces propos au pied de la lettre et considéré que le capitaine des Fennecs a manqué de respect à tout un pays (rappelons d’ailleurs que Mahrez est d’origine marocaine par sa mère). Cette polémique a poussé l’ancien international marocain Abdeslam Ouaddou à prendre la parole pour calmer le jeu. «Depuis quelques jours, le live entre Riyad Mahrez et Smaïl Bouabdellah déchaîne toutes les passions jusqu’à frôler la limite parfois. Juste expliquer à certains de mes compatriotes que sa phrase sur les Marocains, englobant également les Sénégalais, était de l’humour. C’est un gentleman, ce mec», a insisté celui qui est adjoint du sélectionneur algérien Djamel Belmadi. Message entendu ?

Le passage de Mahrez sur le Maroc