CAN 2023 : la RDC tient tête au Maroc !

Rapidement en tête, le Maroc s'est fait reprendre sur la fin par la RD Congo (1-1) ce dimanche à San-Pedro à l'occasion de la 2e journée du groupe F de la CAN 2023. Coupables d'avoir baissé le pied dans un match haché par de multiples interruptions, les Lions de l'Atlas avaient déjà concédé un penalty, raté par Cédric Bakambu en première période, et devront patienter avant de valider leur qualification. De leur côté, les Léopards ont signé une belle performance qui leur permet de garder toutes leurs chances.

On assistait à un départ canon du Maroc dans ce choc du groupe F. Dès la 2e minute en effet, Youssef En-Nesyri, à la retombée d’un centre millimétré d’Achraf Hakimi catapultait une tête claquée au-dessus de la barre par Lionel Mpasi. Un début de match parfait, couronné par l’ouverture du score après quatre minutes d’arrêts de jeu en raison d’un problème d’oreillette de l’arbitre. Sur le corner botté du coin gauche par Hakim Ziyech, Hakimi arrivait lancé depuis l’arrière et reprenait de l’intérieur du droit le ballon dans le dos de Gaël Kakuta (1-0, 6e).

Virtuellement qualifié, le Maroc cherchait rapidement à se mettre à l’abri, par l’intermédiaire de Ziyech notamment. Cependant, la frappe de l’ailier droit de Galatasaray était arrêtée au premier poteau par Mpasi (11e). Plus que jamais en danger quant à leurs chances de qualification, les Léopards ripostaient par Theo Bongonda, auteur d’une reprise contrée par la charnière marocaine Aguerd-Saïss (12e), puis par une reprise à bout portant manquée par Chancel Mbemba sur un corner venant de droite (13e). Une vingtaine de minutes plus tard, En-Nesyri, bien trouvé sur une longue passe en profondeur, manquait lui l’occasion de faire le break pour les Lions de l’Atlas. En effet après un bon contrôle, l’attaquant sévillan perdait la balle suite au retour de Mbemba secondé par Mpasi sorti à sa rencontre (31e).

Sans doute en quête d’un second souffle après sa débauche d’énergie à l’entame, le Maroc concédait les offensives congolaises et commettait quelques maladresses. À commencer par le capitaine Romain Saïss qui était proche de marquer contre son camp, alors que sa mauvaise déviation sur un corner congolais botté à droite frôlait miraculeusement le second poteau (33e). Avant la fin du temps réglementaire, Selim Amallah, coupable d’un coup de coude involontaire sur Inonga Baka, le crâne ensanglanté, lors d’un duel aérien dans la surface, était rattrapé par la patrouille après visionnage de la VAR. Néanmoins, le penalty litigieux accordé par monsieur Peter Waweru ne profitait pas à Cédric Bakambu. Et pour cause, Yassine Bounou partait du bon côté et forçait l’ex-Marseillais à tirer sur son poteau droit (42e).

Desabre, le coaching ganant

Au retour des vestiaires, le sélectionneur Sébastien Desabre abattait sa première carte en remplaçant Inonga Baka, blessé à la tête depuis son duel avec Amallah, par Dylan Batubinsika à la mi-temps. Le défenseur de Saint-Étienne se montrait aussitôt dangereux, en l’occurrence sur un corner tiré à gauche, en reprenant le ballon qui passait près du montant droit de Bounou (48e). En face, la menace marocaine était toujours présente, à l’image d’un centre vicieux d’Hakimi traversant toute la surface jusqu’à Sofiane Boufal (52e). Desabre dégainait dans la foulée sa deuxième cartouche, à travers les changements de Bakambu et Bongonda pour Fiston Fiston Mayele et Meschack Elia respectivement (52e), puis sa troisième avec la sortie de Kakuta pour Silas Mvumpa (64e). Changements payants à l’arrivée, puisqu’une vingtaine de minutes plus tard, Elia, lancé par une passe en profondeur à droite, passait en retrait pour Mvumpa qui ajustait Bounou (1-1, 76e).

Un accrochage Regragui-Mbemba dégénère

Littéralement carbonisés, les Marocains concédaient les vagues congolaises les unes après les autres. La preuve avec un centre en retrait d’Elia sur un quasi copié-collé du but, sauvé par la défense marocaine (77e) ou encore la frappe de Mayele à gauche claquée au premier poteau par Bounou (90e).

Les deux équipes se quittent donc dos à dos sur un beau spectacle, terni toutefois par une brève échauffourée entre joueurs et staffs, partie d’une altercation entre le sélectionneur marocain Walid Regragui et le capitaine des Léopards Chancel Mbemba. Le Maroc, leader provisoire (4 points, +3) devra attendre la dernière journée contre la Zambie avant d’entériner sa qualification pour les huitièmes. La RDC, dauphin des Lions de l’Atlas avant Zambie-Tanzanie plus tard dans la journée, devra elle l’emporter face aux Taifa Stars pour espérer rallier les huitièmes.

Les compos de Maroc-RDC

CAN 2023 : la RDC tient tête au Maroc !
Prudence Ahanogbe