Même s’il a effectué un essai avec Nîmes samedi contre Toulouse (2-1) en match amical, l’international burundais Saido Berahino ne va pas s’engager en faveur des Crocos. L’attaquant de 25 ans fait les frais de mésententes au sein du staff gardois, lui qui n’a pas les faveurs de l’entraîneur Bernard Blaquart. Refroidi par cet épisode, l’ancien international Espoirs anglais semble écœuré par le comportement des Nîmois.

«Dès le départ, il a pu constater un manque flagrant d’organisation au sein du staff et une absence de professionnalisme évidente. On lui a fait visiter les structures du club comme si tout était calé, que ce serait son vestiaire, ses terrains d’entraînement, etc…alors qu’aucune condition véritable de recrutement ne lui a été proposée, de façon claire, comme c’est le cas dans tous les clubs de haut-niveau. Et quand il a rencontré l’entraîneur, il a vu un coach démotivé, très froid», a déploré une source proche du joueur interrogée par Le 10 Sport, avant d’en remettre une couche.

«Malgré son statut, il a accepté de faire un essai car il était extrêmement motivé à l’idée de jouer pour ce club. Mais pas dans ces conditions… C’est pour cette raison qu’il s’en va et qu’il ne souhaite pas poursuivre les discussions autour de sa venue. Il s’abstient de parler pour respecter le club mais il est extrêmement surpris du traitement dont il a fait preuve et des propos que l’entraîneur peut tenir à son sujet. Honnêtement, il est un peu amusé de la situation parce que ça été tellement étrange qu’il vaut mieux en rire. Je me demande vraiment comment Nîmes a fait pour atteindre ce niveau et y rester avec ce genre de pratiques. Il y avait un joli coup à faire avec Saido, c’est plus que dommage. Je suis très inquiet pour l’avenir du club…», a-t-il conclu. A priori, Berahino devrait donc se diriger vers Zulte Waregem en Belgique, où il aimerait signer, mais il doit encore trouver un accord pour rompre son bail avec Stoke City.