Le compte à rebours a commencé avant le début de la Coupe du monde 2014, qui va se dérouler du 12 juin au 13 juillet. Dans tout juste 100 jours, le Brésil va donner le coup d’envoi du rendez-vous planétaire du ballon rond.


Le 12 juin prochain, tous les objectifs seront braqués vers le Brésil pour le coup d’envoi de la Coupe du monde 2014 et une affiche qui verra la Seleçao disputer le match inaugural face à la Croatie. Rencontre qui aura lieu dans tout juste 100 jours. Un rendez-vous qui s’annonce suivi, puisque 600 000 visiteurs sont attendus durant cette période. Une foule qui va s’ajouter aux supporters brésiliens, déjà estimés à trois millions pour suivre les rencontres dans les stades. De quoi réjouir le président de la FIFA, Sepp Blatter.

Mais à y regarder de plus près, la fête pourrait virer au fiasco dans certains secteurs. La faute d’abord au retard pris dans la construction de certains stades, qui auraient déjà dû tous être livrés… Ce qui a contraint le président Blatter à rappeler à l’ordre à plusieurs reprises les organisateurs du tournoi, notamment au sujet de l’enceinte de Curitiba. L’Arena de Baixada a d’ailleurs frôlé l’exclusion du Mondial, avant d’être finalement maintenue.

Autre inquiétude, les nouveaux soulèvements qui pourraient avoir lieu après les mouvements de contestation lors de la Coupe des Confédérations de 2013. Les Brésiliens n’ont toujours pas digéré le prix que leur a coûté d’organiser ce Mondial alors que les inégalités sociales ne cessent de se creuser dans le pays. Des manifestations sont donc à craindre pendant la compétition.

Pour parer aux débordements, 100 000 agents seront ainsi mobilisées pour garantir la sécurité des fans lors des matches. Un chiffre annoncé par Andrei Rodrigues, le secrétaire national chargé des « grands événements ». Un chiffre comprenant des éléments de la police, de l’armée et de la force d’élite. Soit le double par rapport à la Coupe des Confédérations, disputée un an auparavant. Rien ne sera laissé au hasard.