Patrice Motsepe, Djahid Zefizef

Il ne pouvait pas éviter le sujet ! Présent samedi et dimanche à Alger dans le cadre d’une visite visant à suivre l’avancée des préparatifs du CHAN qui se tiendra du 13 janvier au 4 février 2023, le président de la Confédération africaine de football (CAF), Patrice Motsepe, a fatalement été interrogé sur l’arbitrage. Ce sujet se trouve sur toutes les lèvres en Algérie depuis les décisions controversées de l’arbitre Bakary Gassama qui ont précipité l’élimination des Fennecs contre le Cameroun en barrage retour de la Coupe du monde 2022 fin mars (1-2, ap). Le patron du football africain a admis à demi-mots que la performance du Gambien n’a pas été à la hauteur ce jour-là. Le dirigeant a promis de faire le nécessaire pour que ce genre de scénario ne se reproduise plus à l'avenir.

«J’ai entendu beaucoup de critiques sur l’arbitrage africain et cette question sera revue incessamment. La transparence et la crédibilité de chaque arbitre sera étudiée. La supériorité d’une nation doit se mesurer à la performance de ses résultats, non pas par des fautes d’arbitrage», a lancé le Sud-Africain devant les médias. «On s’est entendu avec la FIFA pour améliorer l’arbitrage africain et on fera tout qu’il devienne davantage crédible et juste.»

Des mots forts, même si le sélectionneur Djamel Belmadi, qui a mis la pression à plusieurs reprises à ce sujet, et les supporters algériens attendent avant tout des actes. Pour rappel, la Fédération algérienne de football (FAF) avait déposé un recours devant la FIFA, qui n’a pas donné suite.