Comme annoncé un peu plus tôt, l’interpellation du président de la Confédération africaine de football (CAF), Ahmad, à Paris, par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclif) a été confirmée ce jeudi par la CAF et la FIFA.

«Effectivement, l’interpellation a eu lieu. À ce stade, la CAF attend de savoir exactement pour quel dossier Ahmad a été interpellé. Son avocate est avec lui. Nous sommes en train de suivre la situation», a précisé à L’Equipe, Constant Omari, vice-président de la CAF et membre du Conseil de la FIFA.

La FIFA a par ailleurs confirmé à travers un communiqué qu’elle prend note de la situation d’Ahmad, «qui est interrogé par les autorités françaises au sujet d’allégations liées à son mandat en tant que président de la CAF. (…) La FIFA demande aux autorités françaises toute information qui pourrait être pertinente pour les enquêtes au sein de sa Commission d’Ethique.»

Pour rappel, Ahmad est interrogé dans le cadre de la signature du contrat controversé avec la société Technical Steel avant le CHAN 2018. D’après L’Equipe, un «proche assistant» du Malgache aurait également été placé en garde à vue dans le cadre de cette affaire.