Il fallait s’y attendre. Toujours très remonté contre la fédération camerounaise de football pour l’avoir exclu de la sélection nationale, Achille Emana, l’ancien vice-capitaine des Lions indomptables ne s’est pas déplacé à Yaoundé pour s’expliquer sur les propos jugés déplacés envers les dirigeants. En effet, l’ancien Toulousain, actuellement blessé au tibia, s’était indigné en décembre du comportement des membres de la fédération. « Les supporters du Cameroun me veulent, mais ceux qui sont à la tête de la sélection, non. Le capitaine Rigobert Song est parti et normalement je devrais être le deuxième capitaine après Eto’o. Ils devraient me respecter pour les dix années que j’ai consacrées à la sélection mais ils n’ont pas les couilles de me donner des explications : ce sont des menteurs et des voleurs », avait t-il déclaré lors d’une interview musclé où il avait exigé par la même occasion des excuses publiques.

Convoqué ce jeudi par la Fécafoot, c’est son avocat, Maître Nouga ainsi que sa mère Marie-Yvonne Eyango, qui se sont déplacés. « Durant sa plaidoirie, son conseil a tenté de nous démontrer que la Fécafoot dans sa démarche n’a pas respecté les textes règlementaires de la sélection fanion. Il a déposé sa défense et on a renvoyé l’affaire à plus tard, précisément le 3 février question d’avoir la réaction du signataire de la convocation, à savoir Iya Mohammed », a expliqué un membre de la commission de discipline de l’instance. Achille Emana a donc brillé comme à son habitude, mais pour son absence cette fois-ci.