Vainqueur de la CAN 2017 avec la sélection A, Jacques Zoua sera l’une des stars du CHAN 2020 que le Cameroun organise à domicile à partir de samedi. Cette compétition étant réservée aux joueurs qui évoluent au pays, l’attaquant de 29 ans a toutefois dû réaliser un important sacrifice afin d’y prendre part, au détriment de sa carrière en club, et surtout de son compte en banque, comme il l’a confié mercredi à la presse.

Présent au Cameroun pendant l’arrêt des compétitions dû au Covid-19, l’ancien buteur du Gazélec Ajaccio, d’Hambourg et du FC Bâle avait résilié son contrat avec le club roumain de Viitorul. Libre, il avait ensuite reçu des offres émanant notamment de Turquie, de Suisse, de Roumanie et d’Arabie Saoudite où on lui proposait une prime de 400 000 euros. Mais un appel a tout changé.

«Mon patriotisme n’a pas de prix»

«C’est le superviseur de l’équipe nationale locale qui m’appelle. Il me dit : ‘Jacques, ton pays a besoin de toi pour le CHAN. On a besoin de tes qualités et de ton expérience.’ On a discuté et je lui ai dit que j’allais réfléchir. J’ai ensuite été contacté par le staff technique et aussi certaines personnalités me demandant de sursoir à ma carrière en Europe et de rejoindre l’équipe nationale pour le CHAN. C’est à ce moment que j’ai compris que c’était du séreux. Sans réfléchir, j’ai donné mon accord ; parce qu’on ne dit pas non à son pays», a raconté le natif de Garoua.

Pour la forme, Zoua s’est donc engagé en faveur de l’AS Futuro au pays afin d’être éligible pour le CHAN. Mais ce choix n’a pas fait que des heureux dans son entourage… «D’aucuns m’ont dit : ‘pense à tout l’argent qui t’attend en Europe.’ Mais mon choix était fait. Mon patriotisme n’a pas de prix. C’est un gros sacrifice en effet, mais je me dois de faire mon devoir vis-à-vis de mon pays», estime Zoua, en grand patriote. S’il parvient à décrocher le titre à la maison, le Camerounais ne devrait pas avoir trop de mal à convaincre ses proches du bien-fondé de son choix !