Suspendue provisoirement jeudi par la FIFA pour ingérence gouvernementale, une décision qui exclut la sélection et les équipes camerounaises de toutes les compétitions continentales et internationales, la Fecafoot a répliqué ce vendredi. L’instance dénonce une « situation déplorable aux conséquences graves », par la voix de Junior Binyam, son chargé de communication, qui s’est exprimé à l’AFP. Le dirigeant a souhaité que le comité de normalisation entre en fonction le plus rapidement possible afin de lever la suspension. Cette instance doit être mise sur pied par la FIFA et la CAF d’ici au 31 mars 2014 pour préparer de nouvelles élections à la tête de la Fecafoot et gérer les affaires courantes. Si d’ici au 6 septembre la suspension n’est pas levée, le Cameroun ne pourra pas jouer son match des éliminatoires de la Coupe du monde 2014 (contre la Libye, où un nul suffit au leader camerounais pour atteindre le dernier tour des barrages). « Nous ne pouvons qu’espérer que le comité de normalisation entrera en fonction sans entraves afin que cette suspension soit levée« , a indiqué le dirigeant. Il s’est par ailleurs inquiété des conséquences de cette sanction sur les transferts. « Cette suspension est préjudiciable (notamment) aux jeunes qui ne rêvent que de jouer au football. Si un jeune footballeur camerounais est sollicité par un club comme Arsenal, il ne pourra pas s’y rendre parce que la Fédération camerounaise ne sera pas en mesure de lui délivrer un certificat international de transfert« , a-t-il fustigé.