Cameroun : la réponse franche de Song sur son avenir

Samedi, les Super Eagles du Nigeria ont dompté le Cameroun (2-0) pour se propulser en quarts de finale de la CAN 2023, où ils affronteront l'Angola. Cette élimination en 8es de finale représente une énorme déception pour les Lions Indomptables qui nourrissaient des espoirs plus élevés dans cette compétition.

Au cours de cette rencontre, les Camerounais ont rapidement eu un aperçu de la soirée qui les attendait. Sur une sortie risquée d'Ondoa, Ajayi a ouvert le score en reprenant une frappe repoussée d'Iwobi (12e). Cependant, le but a été annulé pour un hors-jeu. Malgré cela, les Nigérians, portés par l'activité constante d'Osimhen, ont exercé une pression de plus en plus forte.

C'est sur un pressing d'Osimhen que Oumar Gonzalez et le Cameroun ont finalement cédé. Le défenseur a perdu le ballon dans sa moitié de terrain, permettant à l'attaquant du Napoli de servir Lookman de manière idéale dans la surface. Le ballon a ensuite trouvé le fond des filets (1-0, 36e). Au retour des vestiaires, la dynamique est restée inchangée. Dans un dernier sursaut, les Lions indomptables ont finalement cédé en fin de match sur une reprise à bout portant de Lookman, suite à un centre de Bassey (2-0, 90e).

“Faire le bilan avant de prendre les décisions”

Critiqué depuis des mois, le sélectionneur camerounais Rigobert Song se retrouve plus que jamais sur la sellette suite à cette déception. Lors de la conférence de presse qui a suivi le match, le technicien a partagé ses réflexions sur son avenir. Interrogé sur son désir de continuer, il a affiché une certaine détermination tout en laissant planer le doute : “Envie de continuer ? Moi, je suis un combatif, j’aime les choses difficiles. Déjà me reposer et faire le bilan avant de prendre les décisions.

L'ancien international camerounais a également répondu aux doutes récurrents entourant ses compétences tactiques : Vous savez, il y a une différence. Il y a des entraîneurs et il y a des managers. Ce sont deux choses différentes parce qu’on est un peu dans la bouillie auquel on ne se retrouve pas. Je suis le manager sélectionneur. J’ai en face de moi une équipe nationale. On n’entraîne pas l’équipe nationale, on la manage. (…) Je ne suis pas un entraîneur. Je suis le manager sélectionneur.” La décision de Samuel Eto'o, président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), dans ce dossier sera évidemment suivie de près.

Nathacio De Souza

Avatar photo
Nathacio De Souza

Passionné de football, je jongle entre les touches du clavier aussi habilement que Vinicius avec un ballon. Je transforme chaque match, chaque action, chaque but en une symphonie de mots.