CAN 2023 : le Nigeria sort encore le Cameroun

Comme lors de l'édition 2019 au même stade de la compétition, le Nigeria a éliminé le Cameroun (2-0) ce samedi à Abidjan en 8es de finale de la CAN 2023. Coupable de grosses erreurs défensives, à l'image d'Oumar Gonzalez sur le premier but adverse, et inoffensive en attaque en dépit de l'entrée en jeu de Vincent Aboubakar, la bande à Rigobert Song voir son rêve d'être sacrée en Côte d'Ivoire comme en 1984 s'envoler, tandis que les Super Eagles s'affirment parmi les favoris et affronteront l'Angola en quart de finale.

Après quelques intentions manifestes de part et d’autre à l’entame, c’est le Nigeria qui provoquait le premier gros coup de chaud de la partie avec un but de Semi Ajayi invalidé pour hors-jeu par l’arbitre marocain Rédouane Jiyed, après visionnage de la VAR (12e). Le défenseur avait en l’occurrence trouvé la faille à la suite d’une repousse de Fabrice Ondoa, préféré dans les cages à André Onana, et auteur de deux mauvaises sorties sur l’action.

Discret en attaque jusque-là, le Cameroun répliquait timidement par une reprise de volée dévissée de Frank Magri à la retombée d’un centre venant de droite (18e), puis par un centre-tir du Toulousain s’étant excentré à droite, capté sereinement par Stanley Nwabili (23e). Alors qu’ils sortaient enfin de leur coquille, les Lions Indomptables se sabordaient et étaient punis sur-le-champ par l’ouverture du score signée Ademola Lookman. À la suite d’une touche en retrait camerounaise, Victor Osimhen pressait Oumar Gonzalez qui perdait la possession du cuir. L’attaquant de Naples distillait dans la foulée un caviar à Lookman esseulé à droite, lequel plaçait le ballon sous le bras d’Ondoa, pas exempt de tout reproche (1-0, 36e).

Comme souvent, la réaction camerounaise intervenait par Magri, dont la reprise côté gauche était cette fois contrée par William Troost-Ekong (37e). Une parfaite illustration de la possession stérile des Lions Indomptables (près de 60 % à la mi-temps) contrastant avec l’efficacité des Super Eagles, lesquels ont cadré l’ensemble de leurs trois tirs, contre zéro sur deux tentatives côté camerounais.

Le Nigeria, une classe d’écart

La physionomie du match se détériorait quelque peu dans le second acte. Car si la possession n’avait pas changé de camp, les occasions se faisaient plus rares, avec notamment un seul tir de part et d’autre durant plus d’une demi-heure. Il fallait attendre le dernier quart d’heure, et la sortie du banc de Vincent Aboubakar (78e) suivie de la sortie sur blessure du gardien des Super Eagles (80e) pour voir enfin la fin de match s’emballer. Pas forcément du côté des Lions indomptables, mais dans le camp opposé. En effet, après une première alerte symbolisée par un sauvetage de Nouhou Tolo face à une reprise d’Ola Aina (85e), Lookman tuait le suspense en s’offrant le doublé à la conclusion d’une action sur la gauche et dont il était à l’origine. L’attaquant de l’Atalanta reprenait en effet au premier poteau un centre en retrait de Calvin Bassey. Le ballon freiné par Ondoa terminait sa course au fond des filets (2-0, 90e). Dans les arrêts de jeu, Jean-Charles Castelletto sauvait sur la ligne la balle du 3-0 et évitait l’humiliation au Cameroun (90e+8).

Le Nigeria s’impose donc pour la deuxième fois d’affilée face au Cameroun en huitièmes après la CAN 2019, avec une classe d’écart, et affrontera donc l'Angola en quarts vendredi prochain. Au Cameroun en revanche, cette élimination prématurée place le sélectionneur Rigobert Song sur un siège éjectable et fragilise le président de la Fédération camerounaise de football (Fécafoot), Samuel Eto’o.

Les compos de Nigeria-Cameroun

CAN 2023 : le Nigeria sort encore le Cameroun
Prudence Ahanogbe