Dans la 2e journée du groupe C, le Niger a tenu la dragée haute face à une décevante mais toujours aussi réaliste équipe de Tunisie (2-1). Les Aigles de Carthage n’ont pas raté l’occasion de s’installer en tête du classement mais repasseront pour la manière. Le Niger peut lui avoir des regrets au niveau du tableau d’affichage mais pas sur l’état d’esprit affiché.


16h59 (heure française). Le match Niger-Tunisie va bientôt commencer sur la pelouse du stade d’Angondjé: les Nigériens forment un cercle pour un instant de communion qui contraste avec la décontraction de Tunisiens éparpillés. Comme sur le terrain pendant quelques 90 minutes, ils vont faire front, unis comme ils ne l’avaient jamais été contre le Gabon. Vertement mis en cause avant la rencontre par le leader Moussa Maazou, qui avait fustigé leur limite technique, ses partenaires ont gagné un état d’esprit conquérant, se jetant sur tous les ballons. Effet Rolland Courbis pour sa « première » sur le banc ? Première, en tout cas, pour William Ngounou, auteur du premier but de l’histoire de sa sélection dans le CAN. Cela aurait même pu être la première victoire avec un peu plus de réussite pour un Maazou tout feu tout flamme par trois fois (17e, 30e et 82e) puis Boubacar Garba (34e) qui échouèrent d’un cheveu.

Le Niger, pas un long fleuve tranquille

Il ne sera pas dit que rencontrer le Niger serait un long fleuve tranquille pour la Tunisie. Face à une équipe remise à flots, l’espérance est venue de Tunis et plus précisément de Msakni. Comme souvent dans cette CAN 2012, le collectif s’en est remis à un homme providentiel. Ce soir, Msakni avait des airs de Manucho (Angola) et de Mayuka (Zambie). Auteur d’une superbe réalisation où il passa en revue trois défenseurs (4e), le joueur de l’EST s’est senti bien seul sur ses tentatives (16e, 44e, 60e, 90+3e).

Pour le reste, ce fut le désert. Ou plutôt le Sahara. Pressés très haut par leurs adversaires, les Aigles de Carthage n’ont jamais pris leur envol pendant 90 minutes. Pire, ils ont peiné face au « kick and rush » nigérien mis en place par Coach Courbis: de longs ballons à destination de Maazou qui prenaient systématiquement à défaut Haggui et Abdennour. Mathlouthi multipliait même les sorties hasardeuses comme sur le but où il loupait son intervention après un premier rebond (9e). La défense montrait sa fébrilité sur chaque attaque et le coach Trabelsi ne trouvait pas la solution malgré ses changements. Il aura fallu attendre le temps additionnel et l’exploit de Jemaa (90e) pour sortir la sélection du Maghreb d’une bien mauvaise passe.

Auteur d’un prestation prometteuse, le Niger a confirmé la tendance des « petits » à se rebeller lors de cette deuxième journée mais a été victime du réalisme tunisien. Avec 6 points en deux matches, la Tunisie, qui a un pied quatre orteils en quarts, peut pousser un ouf de soulagement au vu de sa prestation en demi-teinte. Le Niger sort lui avec la tête haute de la compétition.