Egypte.jpg

Les Pharaons jouent leur avenir ce samedi face à la République de Centrafrique pour espérer participer à la CAN 2013. Battus à l’aller (2-3), les Egyptiens sont dans l’obligation de s’imposer par deux buts d’écart à Bangui afin d’être présents lors du tour final des qualifications à la CAN 2013 en Afrique du Sud.


Qui sera le seizième qualifié pour le tour finale des éliminatoires de la CAN 2013 ? Pour l’instant avantage du côté de la Centrafrique qui a réalisé l’exploit de s’imposer à Alexandrie face à l’Egypte (2-3) le 15 juin. Les Fauves devront défendre cet avantage à la maison pour poursuivre leur campagne de qualification. Une mission possible à atteindre car les grandes nations africaines ont du mal à s’imposer à l’extérieur, ce qui est aussi le cas de l’Egypte.

Un grand d’Afrique malade

Les Egyptiens ne sont jamais très à l’aise en déplacement. Leur dernier large succès remonte en juin 2008 à Djibouti (4-0). Depuis cette victoire, les Pharaons s’imposent que par 1 but d’écart hors de leurs bases, à l’image de leur succès le plus convaincant face à la Guinée (3-2) à Conakry, mais toujours avec un seul but d’écart. L’Egypte risque de rater pour la deuxième édition consécutive la Coupe d’Afrique des Nations. Pour éviter ce scénario, les Pharaons devront battre par deux buts d’écart les Fauves du Bas-Oubangui ce samedi.

Un défi qui s’annonce compliqué à réussir même si l’espoir est de mise chez les hommes de Bob Bradley. « Cette rencontre est capitale pour nous, soit on gagne et on avance dans les qualifications, soit on perd et on perd tout« , explique Essam El Hadari, le gardien emblématique de la sélection. Pour le déplacement à Bangui, le sélectionneur égyptien a décidé de rappeler Emad Moteab et peut-être Amr Zaki qui dispute actuellement la Coupe Arabe des Nations avec la sélection des moins de 21 ans. Le recordman de victoire à la Coupe d’Afrique des nations devra jouer son va-tout pour rattraper son retard. L’ombre d’une élimination se rapproche pour les Pharaons. Après l’absence en Guinée équatoriale et au Gabon en 2012, l’Égypte risque une nouvelle fois de ne pas être de la partie en Afrique du Sud.