Vendredi soir, le gouvernement marocain a créé la stupeur en demandant à la CAF de reporter la phase finale de la CAN 2015 que le Royaume organise en janvier prochain, par peur de la propagation du virus Ebola, qui sévit en Afrique de l’Ouest. L’instance dirigeante du football africain n’a pas tardé à réagir. Samedi, dans un communiqué, elle indique qu’elle prend note de la requête mais « qu’aucun changement n’est à l’ordre du jour du calendrier de ses compétitions et événements. Il est à noter que depuis la première édition en 1957, jamais la Coupe d’Afrique des Nations n’a fait l’objet d’une déprogrammation ou d’un différé. »

La CAF ajoute que, « consciente des risques sanitaires posés par le virus Ebola, elle a constamment appliqué les principes de précaution en prenant en considération les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et de divers experts médicaux« , au cours des éliminatoires de la CAN 2015.

La requête marocaine sera tout de même examinée le 2 novembre lors de la prochaine réunion du Comité Exécutif de la CAF qui aura lieu à Alger en marge de la finale retour de la Ligue des Champions. Le lendemain, une délégation de la CAF conduite par le président Issa Hayatou rencontrera la « partie marocaine » à Rabat.