Pour la troisième fois de l’histoire, l’Egypte et le Cameroun s’affrontent sur la plus haute marche ce dimanche à Libreville à 19h GMT (20h à Paris) en finale de la CAN 2017. La malédiction des Lions et de Cuper, les problèmes offensifs de l’Egypte, la présence d’Eto’o, voilà tout ce qu’il faut savoir sur ce choc !



 Jamais 2 sans 3 ?

Victorieux de 4 CAN, le Cameroun n’a perdu qu’à deux reprises en six finales dans la compétition : en 1986 (0-0, 4-5 tab) puis en 2008 (0-1). A chaque fois c’était face à… l’Egypte, qui n’a de son côté perdu qu’une seule fois en 8 finales de CAN, c’était en 1962, une éternité. Les Lions Indomptables pourront-ils vaincre la malédiction ?

 Cuper, l’autre maudit

Si le Cameroun est maudit en finale face à l’Egypte, les Pharaons devront se méfier car ils comptent eux aussi un chat noir dans leurs rangs avec leur sélectionneur Hector Cuper. Comme Claudio Ranieri avant son sacre avec Leicester, le technicien argentin traîne une image de looser. Il faut dire que la liste de ses finales perdues est interminable : Coupe des Coupes avec Majorque en 1999, Ligue des champions avec Valence en 2000 et 2001, Coupe du Roi en 1998 et Coupe de Grèce en 2010. Voilà qui fait beaucoup.

 Une finale défensive ?

D’un point de vue tactique, il ne faut pas forcément s’attendre à une finale très ouverte puisque les deux sélections misent avant tout sur la solidité défensive. Refusant le jeu, l’Egypte n’a encaissé qu’un but, contre deux pour son adversaire. Très défensifs en quarts face au Sénégal (0-0, 5-4 tab), les Lions ont affiché un visage plus séduisant contre le Ghana en demies (2-0). Mais face à des Pharaons intraitables en contres, la vigilance sera sans doute de mise.

« C’est une sélection très bien organisée et qui a une discipline tactique très bonne, en plus de ses bons joueurs. Nous avons des similitudes sur la manière de jouer« , a d’ailleurs prévenu Cuper.

 Elneny de retour ?

Touché au mollet et indisponible lors des quarts et des demi-finales, Mohamed Elneny s’est entraîné normalement samedi et devrait pouvoir tenir sa place à Libreville. En l’absence du Gunner, Cuper a bricolé en alignant le polyvalent Ahmed Fathi dans l’entrejeu puis Ibrahim Salah. Blessé depuis le 2e match, le latéral gauche Mohamed Abdel-Shafi a lui aussi repris mais il n’est pas certain qu’il soit suffisamment remis.

 L’Egypte à court d’avant-centre

Pour Cuper, le casse-tête va consister à choisir un attaquant de pointe. Le titulaire habituel Marwan Mohsen et son remplaçant naturel Ahmed Hassan Mahgoub sont blessés, tandis que Mahmoud Kahraba purge sa suspension. Du coup, l’Argentin pourrait opter pour un faux numéro neuf avec Mohamed Salah. Habituel avant-centre titulaire mais écarté de la liste finale, Bassem Morsi (Zamalek) doit regarder tout ça d’un œil amusé..

 Un duel de gardiens

Tous deux intraitables durant cette CAN malgré leurs 23 ans de différence d’âge, les gardiens Fabrice Ondoa (21 ans) et Essam El Hadary (44 ans) pourraient bien influer l’issue de cette finale. Chacun a notamment permis à son équipe de remporter une séance de tirs au but respectivement face au Sénégal en quart puis contre le Burkina Faso en demies.

Sur le même sujet : El Hadary-Ondoa, choc des générations

 Eto’o en guest star

Battu par les Pharaons en finale de la CAN 2008, l’ancien Lion Indomptable Samuel Eto’o va profiter d’un week-end de repos avec son club d’Antalyaspor pour venir encourager son pays à Libreville.

Sur le même sujet : [le message de Rigobert Song aux Lions

 >

 Une affaire de palmarès

Cette affiche va opposer deux revenants puisque l’Egypte avait manqué les 3 dernières CAN après son triplé 2006-2008-2010, tandis que le Cameroun n’était plus sorti de la phase de groupes depuis 7 ans. Cette finale met aussi aux prises les deux nations les plus titrées : les Pharaons et leurs 7 sacres et les Lions et leurs 4 couronnes (à égalité avec le Ghana). « Ils ont 7 CAN, il nous en faudrait une 5e pour ne pas que l’écart se creuse« , a prévenu l’ancienne gloire camerounaise Patrick M’Boma auprès de l’AFP.

 Un Zambien au sifflet

Après avoir officié lors des CAN 2012 et 2013 et avoir dirigé le quart de finale Ghana-Guinée (3-0) en 2015, Janny Sikazwe aura cette année l’honneur d’arbitrer la finale. Le Zambien de 37 ans était notamment aux commandes lors de Cameroun-Sénégal (0-0, 5-4 tab) en quarts.

 Les compositions de départ :

Egypte : El Hadary – El Mohamady, Hegazy, Gabr, A. Fathi – Hamed, Elneny – M. Salah, El-Said, Trezeguet – Warda

Cameroun : Ondoa – Collins, Teikeu, Ngadeu, Oyongo – Siani, Djoum – Bassogog, Zoua, Moukandjo – Tambe