Le Mali peut respirer ! Qualifiés sur le terrain pour la CAN 2019 (21 juin-19 juillet), les Aigles restaient sous la menace d’une disqualification en raison des profondes divergences internes qui frappent la Fédération malienne (Femafoot), dirigée par un comité de normalisation depuis janvier 2018.

La FIFA s’était montrée claire : pour y échapper, l’Assemblée générale ordinaire de la Femafoot programmée samedi devait déboucher sur un accord entre les différents camps. Les discussions ont été longues (plus de 14 heures !) et âpres, mais, suite à l’intervention du ministre des Sports, Arouna Modibo Touré, les différents protagonistes ont fini par s’accorder un peu avant minuit et par adopter les nouveaux textes de la Femafoot !

Ce processus doit encore être validé par les délégués FIFA et CAF qui étaient présents, mais le blocage a été évité et il n’y a donc pas de raison pour que l’instance dirigeante du ballon rond mette sa menace à exécution. Prochaine étape désormais pour la Femafoot : l’élection d’un nouveau président d’ici au 31 août 2019. En attendant, les Aigles, dont on connaît désormais la liste des 23, prendront bien part à la CAN !

Le compte-rendu (via le président de la Fédération guinéenne, Antonio Souaré, présent en tant que représentant de la CAF)