C’était le jour et la nuit ! Jusque-là très frileuse et sans inspiration offensivement, la Côte d’Ivoire a su se mettre à la hauteur de l’événement pour tenir tête à l’Algérie pendant 120 minutes et s’incliner seulement aux tirs au but (1-1, 3-4 tab) jeudi en quart de finale de la CAN 2019.

Malgré leur élimination, les Eléphants sortent sur une bonne note, eux qui étaient les mieux entrés dans le match, à l’image de ce poteau de Max-Alain Gradel, mais qui ont subi le réalisme algérien sur l’ouverture du score de Sofiane Feghouli (20e). Après l’égalisation de Jonathan Kodjia à la 62e minute, le premier but encaissé par l’Algérie dans cette CAN, Wilfried Zaha a même eu la balle du 2-1 au bout du… tibia, mais il a expédié sa reprise dans le ciel de Suez. En début de prolongation, les hommes d’Ibrahim Kamara ont encore eu un temps fort mais sans parvenir à convertir leurs occasions, et les ratés de Wilfried Bony et Serey Dié durant la séance de tirs au but les ont ensuite condamnés.

L’attaque s’est enfin réveillée !

Bien sûr, il a fallu un peu de réussite pour tenir jusque-là, à l’image de ce penalty de Baghdad Bounedjah, expédié sur la barre au retour des vestiaires, et Sylvain Gbohouo, élu homme du match, a réalisé plusieurs arrêts décisifs dans le but, mais l’impression laissée reste très positive.

Préféré à Jean-Philippe Gbamin, le Toulousain Ibrahim Sangaré a affiché un volume de jeu impressionnant au milieu de terrain, tandis que la percussion d’un Zaha, le poids d’un Kodjia sur la défense et les frappes soudaines de Gradel ont représenté un danger permanent. Défensivement, on retiendra aussi la capacité des Eléphants à bien bloquer les couloirs.

Aurier : «on a vu une équipe tout simplement»

«Je pense qu’on a vu une équipe tout simplement», a résumé le capitaine Serge Aurier, forfait pour ce match, dans les colonnes de L’Equipe. «On a fait un super match. On a tout donné jusqu’au dernier moment. On peut être fiers de nous. J’espère que ça a donné de la joie aux supporters même s’il y a l’élimination à la fin. (…) On a le regret commun de ne pas être allés au bout mais je suis fier car chacun a laissé sa peau sur le terrain.»

Comment expliquer alors ce soudain changement de visage ? «Il fallait hausser notre niveau de jeu si on voulait espérer obtenir quelque chose face à cette équipe d’Algérie. C’est ce que nous avons fait, mais ça n’a pas suffi», a expliqué Ibrahim Kamara. «C’est vraiment dommage d’être proche mais de ne pas pouvoir toucher au but. (…) Nous avons perdu aux tirs au but et c’est fait. Mais ça reste un match que nous avions les moyens de remporter.» Charge aux Eléphants de revenir plus forts dans deux ans, cette fois avec Eric Bailly, forfait pour cette CAN, en patron de la défense, et avec un Nicolas Pépé, relégué sur le banc au fil de la compétition, qui aura pris d’ici-là, espérons-le, une autre dimension en sélection.

Le parcours de la Côte d’Ivoire à la CAN 2019

Victoire 1-0 contre l’Afrique du Sud (phase de groupes)
Défaite 1-0 contre le Maroc (phase de groupes)
Victoire 4-1 contre la Namibie (phase de groupes)
Victoire 1-0 contre le Mali (8e de finale)
Défaite (1-1, 3-4 tab) contre l’Algérie (quart de finale)