La semaine dernière, la Confédération africaine de football (CAF) a notifié à la Fédération du Zimbabwe (Zifa) qu’elle ne pourra pas accueillir l’Algérie à domicile le 29 mars prochain à l’occasion de la 4e journée des éliminatoires de la CAN 2021, faute de stades aux normes. Et la Zifa, qui a déposé un recours et lancé un appel aux autorités pour qu’elles effectuent les travaux nécessaires dans les temps, peut compter sur un soutien de poids.

Zimbabwéen et président du COSAFA (Union des Fédérations d’Afrique australe), Phillip Chiyangwa est en effet monté au créneau en contactant directement le président de la CAF, Ahmad. «En tant que président du COSAFA, notre mission est que cela (cette interdiction) ne puisse se produire dans la région du COSAFA. Cela (…) revient à interférer avec les droits souverains de toutes les nations membres. En tant que patriote, je pense que j’aurais perdu si je n’avais pas fait un pas dans ce sens. Que diraient les autres dirigeants autour de moi au COSAFA si j’avais permis que cela se produise ? C’est ainsi que j’ai abordé cette question et j’ai commencé à parler au président de la CAF», a raconté le dirigeant devant la presse locale, avant d’afficher son optimisme.

«Nous sommes déjà à un point où il est probablement certain à 80% (que le match se jouera au Barbourfields Stadium de Bulawayo). Le reste n’est que littérature», a-t-il conclu. La CAF devrait très prochainement communiquer à ce sujet.